mardi 29 octobre 2013

Mon obsession pour la Belle et la Bête.

Plus tôt dans la journée, je regardais cette petite vidéo postée sur Twitter par un membre de la Team Hellocoton.
Il s'agit d'un petit medley constitué de la plupart de mes Disney préférés !

-On commence avec Le Roi Lion,  je suis déjà toute gaga !
-On enchaîne sur Aladdin, je dormais souvent avec mon frère en écoutant la K7 audio (pas de blagues incestueuses ou de moqueries sur les K7, merci !)
-Ensuite Pocahontas qui me rappelle trop mes vacances aux States quand j'étais toute jeune (10/11 ans ?) ! On délirait souvent avec mon frère et ma soeur parce que c'est très drôle d'entendre "Pocahontas" avec l'accent américain. Super drôle...
-C'est au tour de La petite Sirène, mon préféré je pense, quand j'étais toute petite, encore une fois, entendre "Unda da seaaa, unda da seaaaa" (sous l'océan, sous l'océaaan, pour ceux qui n'ont pas compris) nous faisait bien rire, je sais pas si vous écoutiez Superloustic, si ce n'est pas le cas, vous avez raté quelque chose, cette radio était fantastique !
-On arrive à La Belle et la bête ! Je suis toute émotionnée, bah ouais, j'ai regardé ce dessin-animé genre euh 145 994 fois ?
Bref, regardez ce medley, il est génial !

La belle et la bête

Je me souviens l'avoir regardé tous les soirs en me couchant quand j'avais 18/19 ans (putain, y a plus de 10 ans déjà !). Mon ex m'avait offert le DVD pour mon plus grand bonheur mais surtout au grand regret de ma pauvre soeur...
Je voulais la forcer à le regarder, je chantais à tue-tête, c'était mon petit rituel. Ce que j'adorais par dessus tout ? Lui répéter "Y a quelque chose qu'hier encore n'existait paaaas, y a quelque chose qu'hier encore n'existait paaaas !". Je lui disais quand ça me prenait, matin, midi et soir, quand elle passait par là alors que je regardais le DVD, je lui disais "Attends ! Attends !", je lui mettais la scène et chantait... Moi ? Folle ? Noooon ! C'est quand même pas si jeune 18 ans en plus...
Les années sont passées, j'ai quand même arrêté de regarder le DVD tous les soirs mais il m'arrivait fréquemment de chanter cette petite phrase !

Attention, l'histoire ci-dessous ne sera peut-être bien entendu pas entièrement fidèle à la vraie, je n'y étais pas... Enfin presque.
En 2007/2008, ma soeur et la bande avaient décidé de se faire une petite soirée chez Gaylou qui habite au rez-de-chaussée, bon, il a quand même des barreaux aux fenêtres, c'est rassurant... Ou pas.
Ils ont passé la soirée à se goinfrer de cochonneries en tout genre, chocolats, bonbons, chips, pizzas, saucisson, bref, tout ce qu'il y a de plus gras et plus calorique ! Puis, ils se sont bourré la gueule, Gaylou étant dépressif comme d'habitude, il fallait qu'il noie son chagrin dans l'alcool, les autres, ils sont justes alcooliques. Ils chantaient et dansaient gaiement, se laissaient aller sur ces mélodies qui avaient bercé leur enfance. Aaaah que de souvenirs ! 
Une soirée Disney sans La Belle et la Bête, ce n'était pas possible ! Ils ont donc passé MA chanson, mon absence était pour eux, si pesante, ils étaient tristes, très tristes. Le coeur serré, ils ont tous versé une larme en pensant à moi puis ont sagement décidé de profiter de cette chanson... Ils ont été forts, ils ont laissé ce chagrin de côté et ont passé d'autres chansons mais au fond d'eux, la douleur était belle et bien présente, ils ne pensaient qu'à moi...

De l'autre côté de la planète (enfin, je ne sais pas vraiment si c'est de l'autre côté hein), à Montréal, moi, petite Lumi dans mon appart' avec des cafards qui sortent seulement quand la lumière est éteinte et surtout dans la salle de bain, je me faisais chier comme pas possible, mon copain de l'époque m'avait sans doutes délaissée pour faire de la 3D.
J'étais sous ma couette, téléphone à la main, je l'ai regardé, j'avais du crédit à utiliser très rapidement... "Oh, tiens, je vais essayer d'envoyer un SMS à ma soeur, je me demande si ça marche ! Qu'est-ce que je vais bien pouvoir lui dire comme connerie ? Aaaah, ouais... J'ai trouvé !" (tout ça en me fichant royalement de l'heure, bah oui, pourquoi se préoccuper du sommeil des gens ?). "Y a quelque chose qu'hier encore n'existait paaaas" *Envoi du texto*

Retour en France, minuit et des cacahuètes : Le portable de ma soeur a vibré, un SMS aussi tard rooooh, ils se font pas chier les gens ! "Y a quelque chose qu'hier encore n'existait paaaas", "Mais qui c'est ? Nom d'un petit bonhomme ! Qui m'enverrait ce message et pourquoi ?! On nous espionne par la fenêtre ?!". Ils ont pris peur, pensaient qu'un psychopathe les épiait par la fenêtre... "Mais comment est-ce qu'il aurait pu avoir mon numéro ?!Baaaaaah, t'as qu'à pas habiter au rez-de-chaussée mon petit Gaylou hein ! 
Donc voilà... Mon obsession mais surtout ma connerie pour La Belle et la Bête m'a joué un petit tour, enfin, surtout à eux... Parce que moi, j'avoue que quand j'ai appris ça, je me suis bien marrée ! Le hasard a "bien" fait les choses !
Attention à vous, fans furieux de Disney, cette passion/folie peut créer de réels traumatismes à votre entourage. Je vous conseille vivement de ne pas abuser abusivement de façon abusive de tous ces films. Surtout, ne faites pas de soirée Disney, n'écoutez pas ces chansons en vous rappelant votre enfance, ne vous étonnez pas à encore connaître toutes les paroles tant d'années plus tard, ne regardez pas tous les Disney en VO parce que vous les avez assez regardés en VF, n'achetez pas des stickers La Belle et la Bête alors que vous ne savez pas du tout ce que vous allez en faire...

Sinon, bah... Y a quelque chose qu'hier encore n'existait paaaaaas :)

Non mais franchement, j'adoooore cette chanson, ce passage, tout !

Rendez-vous sur Hellocoton !

dimanche 27 octobre 2013

La jalousie, ce vilain défaut.

Des défauts, j'en ai des tonnes mais merci mon Dieu, la jalousie n'en fait pas partie ! C'est pour moi, un des pires qu'il puisse exister que ce soit pour les personnes qui subissent ou celles qui la vivent.

John Lennon - Jealous guy
"I was swallowing my pain
I didn't mean to hurt you
I'm just a jealous guy"

Je vous mentirais si je vous disais que je n'ai jamais été jalouse, ça m'est arrivé quand l'ex de F. (mon ex presque parfait) lui envoyait des mails pour lui dire qu'il lui manquait, qu'elle voulait être près de lui et qu'elle voulait venir à Paris pour le voir (elle était grecque), je crois que cette fille a perdu toute crédibilité à mes yeux quand elle a commencé à envoyer des photos d'elle en sous vêtements. Au final, elle me faisait juste penser à une fille paumée qui courait après l'inaccessible (story of my life), j'éprouvais pour elle de la pitié, presque de la compassion.
On a beau dire que c'est une question de confiance en soi, l'assurance et moi, ça a toujours fait deux, la confiance que j'avais en lui a effacé toute jalousie que je pouvais ressentir. Le fait que F. me parle de ces mails, le fait de ne pas devoir fouiner ou gratter pour tomber sur ce genre de mauvaise surprise, ça paraît anodin mais ça y jouait beaucoup. Je me sentais en sécurité avec lui, je ne le voyais pas me trahir. L'attitude de l'autre reste très importante dans cette histoire de confiance.
Beaucoup prenaient cette confiance aveugle pour de l'inconscience, de la naïveté. J'ai eu droit à des : "Mais comment tu peux être sûre et certaine qu'il ne va pas voir ailleurs et qu'il ne le fera jamais ?", moi, ce que je pense quand on me pose ce genre de questions ? : "Euuuh, comment, toi, tu peux être aussi défaitiste ? Pourquoi est-ce que je devrais m'encombrer de mauvaises pensées alors que je n'ai aucune raison de le faire ?", à la place, je réponds : "Bah, j'ai confiance, c'est tout, tant pis si je me trompe.". Je n'ai d'ailleurs jamais compris cet acharnement, à quoi ça sert de mettre le doute à quelqu'un qui a confiance en son copain alors qu'il n'y a aucune raison de le faire ? Comme ça, gratuitement ? Limite, si j'avais raconté des choses suspectes ou quoi mais non... Je me souviens de mes collègues qui me parlaient assez souvent de mon copain et me posaient 36 000 questions sur lui. M'enfin, je lui ai toujours fait confiance et je reste persuadée aujourd'hui que je n'avais pas tort.
Je ne pense pas être spécialement naïve ou faire confiance trop facilement, je préfère croire et espérer qu'il reste des personnes à qui on peut faire confiance aveuglément. Même si elles se font rares...

Je déteste l'idée de fouiller, checker le portable, les mails, le compte Facebook de l'autre. Je l'ai pourtant fait et j'ai trouvé ça horrible, vraiment, c'était détestable.
Je n'avais pas spécialement de raisons pour ne pas faire confiance à N. mais c'était plus fort que moi, comme très souvent, la jalousie est irrationnelle. Un jour, j'ai fouillé dans ses archives MSN, je suis tombée sur des discussions avec la fille pour laquelle il craquait avant de se mettre avec moi, rien de bien folichon, je voyais juste que lui, courait après et qu'elle, le voyait clairement comme un pote mais un pote qui flatte son ego ! Il n'avait jamais eu de copine sérieuse avant moi et ça me travaillait énormément. Je lui ai dit que j'avais fouillé quand il est rentré, j'avais très très honte et je ne pouvais pas le cacher. Pas parce que ce n'est pas correct, non non, juste parce que je sais que je n'aurais pas eu la conscience tranquille si je ne le faisais pas, fouineuse et égoïste, bien !
Il m'a pardonné, je lui ai promis de ne plus jamais le faire blablabla, on a été séparés pendant 3 mois puis je l'ai rejoint à Montréal. C'était tout beau, tout rose, il a pleuré quand il m'a vue à l'aéroport alors que moi, j'avais la tête dans les nuages parce que j'avais vu AaRON à ce même aéroport (j'ai une chance de taré avec ce groupe !).
Bref, les 6 premiers mois se sont bien passés puis on a rencontré une petite française au boulot, petite nouvelle qui faisait clairement du rentre-dedans à N. Elle avait un copain depuis 3 ans, elle était tellement désagréable avec lui, je le plaignais, cette fille était bizarrement et excessivement jalouse !
Elle avait fait une crise à son copain parce qu'en quittant le boulot, il avait dit "Bonne soirée !" à sa collègue en lui souriant... Bah, tu veux qu'il fasse quoi ? Qu'il lui dise "Bonne soirée !" tout en faisant un fuck ? Bref, pas du tout gonflée la fille, elle faisait des crises pour rien à son copain mais draguait le mien sans problème, elle avait peut-être tout simplement peur qu'il agisse comme elle ?
On passait souvent des soirées tous les trois, N., A. et moi... Je me sentais invisible, il avait toutes ces petites attentions pour elle qu'il n'avait jamais pour moi. Je me souviens de cette soirée où j'ai pété un câble, je lui ai demandé de me couper une tranche de saucisson, j'ai eu droit à un beau "Pffffffffff", la gueule de con qui va avec... Alors, sachant qu'il n'arrêtait pas d'en couper pour A. depuis le début de la soirée, j'avais juste envie de lui foutre 3 voire 15 000 tartes. On s'est au final, embrouillé parce que je lui ai mal parlé plus tard dans la soirée, verre et bouteille de rouge à la main, je me suis cassée, dans la chambre. Tant qu'à faire, autant les laisser en amoureux tous les deux non ? A. est venue me voir, elle a essayé de me calmer, rien n'y faisait, l'attitude de N. n'était pas acceptable. On va passer les détails sur les avances auxquelles j'ai eu droit hein... Elle était apparemment bi, draguer le copain ne suffisait pas ? Elle est repartie chez elle, N. et moi ne nous sommes pas calculé du week-end, folklo !

Je ne pensais pas que ça pouvait être pire... Naïve que j'étaiiiis ! Un jour, en arrivant au travail, A. a décidé de faire la gueule à N. euh, bah, ouais, ok... S'tu veux. Je voyais que ça le tracassait, je lui ai dit qu'il me saoulait, que si elle avait envie de faire la gueule, qu'elle fasse la gueule à son copain, pas au mien. Il voulait absolument savoir pourquoi elle était comme ça avec lui, ça le blessait je pense. Il était inquièt parce que (je cite) "c'était son amie", bah ouais, tu la connais depuis deux semaines mais c'est ton amie, narmol. Je lui ai tout simplement dit qu'elle avait envie de plus avec lui et qu'elle avait du mal à le cacher.
Je suis partie en pause, en revenant, vu l'ambiance que ça foutait, j'ai demandé à A. ce qui n'allait pas, que N. s'inquiétait, elle m'a dit que ça ne le concernait pas, que c'était perso (mais c'est à lui qu'elle faisait la gueule, logique !), très énervée, je lui ai dit : "Bon, si c'est pas N. le problème, est-ce que tu peux lui dire ? Qu'il arrête de me faire chier une bonne fois pour toute ?", "Non mais il est déjà venu me parler pendant que t'étais en pause, t'inquiète pas." Hum, ça commençait déjà à bien monter... Je suis donc allée voir mon cher et tendre en lui disant "T'es allé parler à A. ?", "Non, pas du tout !", "T'es sûr ?", "Bah non, je lui ai pas parlé !", ça me rendait folle, il me mentait sans aucune gêne, "Tu me mens pas là ? Tu me prends pas pour une conne ?", "Bah non, je suis vraiment pas allé lui parler !" je n'ai pas pu m'empêcher, un bon gros "Ta gueule !" est sorti (bah ouaiiiis, je suis très gentille mais quand on me prend pour une conne, j'ai vraiment beaucoup de mal à garder mon calme), suivi d'un "C'est fini, ne m'adresse plus jamais la parole.". Bon, on habitait et bossait ensemble, ç'aurait été un tout petit peu difficile ! On a eu une sale période, on a arrêté de fréquenter A. puis on a déménagé, nouvel appart', nouvelle vie, on a sauvagement fait l'amour dans la cuisine le premier jour d'ailleurs  ça allait mieux mais la confiance n'était malheureusement pas présente. La petite blonde (ouaiiis, quand y en a plus, y en a encore !) qui le dragouillait n'aidait en rien, c'était reparti pour un tour, notre vie de couple était pourrie. Je passais mon temps à déprimer, je me faisais du mal, j'avais envie de me détruire, vraiment.
Après une énième dispute, je suis allée fouiller encore une fois dans ses archives et je suis tombée sur une superbe phrase dite à un pote : "Elle me fait chier et franchement, la fidélité dans un couple, j'y crois pas !" mais c'est charmaaaant ! Encore une fois, je n'ai pas pu le cacher, son excuse : "Mais j'étais énervé, on venait de se disputer, je le pensais pas !", à d'autres. Faible comme je suis, je n'ai pas réussi à le quitter, c'est plus fort que moi, je préfère souffrir et rester avec quelqu'un pour qui j'ai encore des sentiments.
La séparation a eu lieu lors de notre retour en France, je vais vous épargner les détails. Aujourd'hui, N. me reproche encore d'être une fille jalouse, j'ai beau lui répéter que je ne suis pas de nature jalouse, que je n'avais tout simplement pas confiance en lui et que je pense encore qu'il aurait pu me tromper à l'époque. Il m'assure que non, je suis persuadée du contraire et rien n'y fait, je ne faisais et ne fais pas confiance à N. à ce niveau.
Cette histoire a duré 2 ans, je pense que j'ai passé plus d'un an à souffrir, parce que cette relation n'était pas saine, parce qu'on passait notre temps à se disputer, se quitter, se remettre ensemble, se réconcilier , se voiler la face et se faire des promesses qu'on ne pouvait pas tenir. Je ne contrôlais pas ma jalousie, le manque de confiance que je ressentais était trop important, je ne me reconnaissais pas. Le sentiment de jalousie pompe ta propre énergie et celle de ton partenaire jusqu'à épuisement, c'est là qu'on ne se supporte plus. Je conseille donc, gentiment et tout simplement à vous, personnes jalouses, de faire part d'un peu plus de générosité et partager votre partenaire ! Bon, plus sérieusement, je n'ai pas de conseil à donner mais, la vie sans jalousie, c'est quand même plus agréable et surtout moins prise de tête ! Parole d'une fille qui a été jalouse une fois dans sa vie.

Les gens sont très souvent étonnés quand je leur dis que je ne suis pas jalouse, "Toi ? Pas jalouse ? Mais geeeenre !" *Pichenette dans ta tête*. Bah ouais, on a tendance à penser que les personnes au fort caractère sont automatiquement des personnes jalouses, je vous le certifie, ce n'est pas le cas ! Désolée de vous décevoir, je n'ai pas tous les défauts d'une chieuse ;)
En tout cas, ça marche dans les deux sens, un homme jaloux va m'agacer au plus haut point, B. m'a fait une crise de jalousie alors que ça faisait seulement... Quelques heures qu'on était "vraiment" ensemble ! Je peux vous dire que ce soir là, quand Aka m'a proposé de dormir avec lui quand B. est parti faire la gueule parce que j'avais léché le doigt d'un pote alors qu'on jouait à "Action ou vérité ?", j'avais bien envie d'accepter ! Puis le lendemain, j'ai eu droit à "Fait chier, je suis jaloux, je sais que c'est pas bien mais il arrête pas de nous regarder du coin de l'oeil et vous êtes toujours ensemble. Je sais que je devrais pas mais bon..." en me parlant d'un autre pote. Je lui ai calmement expliqué que ça n'allait pas le faire, que si je ne peux pas être moi-même, ça allait pas être possible, surtout que je ne suis pas non plus collée à mes potes et qu'on a pas de gestes déplacés. Juste de la complicité, simple et pure complicité.
Que mon copain soit un toooout petit peu jaloux de temps en temps, pour des petits trucs sans grande importance, c'est toujours plaisant mais la vraie jalousie, la malsaine, je passe mon tour !

Ah oui, un dernier truc, quand on trouve une autre fille moche, chiante ou tout simplement conne, n'en déduisez pas automatiquement que c'est de la jalousie, il n'y a rien de plus agaçant que cette petite phrase : "Tu dis ça parce que t'es jalouse !" ce à quoi je réponds très souvent : "C'est pas de la jalousie, j'aime pas sa gueule, c'est tout ! Si tu me parles de Natalie Portman ou Megan Fox, là, je veux bien, je suis jalouse sans problème !".

Et voilàààà, je vous ai pondu un bon gros pavé avec du 100% racontage de vie, ça vous fait un peu de lecture pour ce dimanche ensoleillé :)

Rendez-vous sur Hellocoton !

jeudi 24 octobre 2013

La magie du début.

Attention, pavé inside !
Angus & Julia Stone - And the boys

Je vous parlais d'infidélité dans un précédent article, je vous faisais part de mes interrogations. Je me suis toujours demandé si je pouvais finir avec un seul et unique homme, ne plus connaître les petits flirts, la drague, la séduction avec un autre. Je regardais L'île des vérités 3 (bah ouais...)  puis en voyant un "couple", je me suis souvenu de notre rapprochement avec mon dernier "vrai" copain.

Un été, dans la putain de baraque de Maxou avec un jardin énorme, on avait décidé de se faire quelques jours de fiesta. Les filles étaient sexy en maillot de bain surtout moi (je vous montrerais bien cette photo où je suis en bikini rose, en train de boire une bière, la sensualité à son paroxysme ! Mais bon, on va rester pudique hein !), les hommes avaient la bave qui dégoulinait (mais naaaaan, j'exagère jamais !), bière et cocktails à gogo, c'était tout simplement parfait !

On a commencé une bataille d'eau, ça courait dans tous les sens. Après s'être amusé comme des foufous, on s'est tous allongés sur l'herbe. B. s'est allongé près de moi, on se taquinait de temps en temps, on se balançait des glaçons puis moi, fidèle à moi-même baaaah, je lui en ai foutu dans le caleçon. Je trouvais ce petit jeu trop mignon, je ne savais pas trop si je lui plaisais, lui non plus.


La journée est passée, le soir bah... FIESTAAAAA et alcool à gogo !
Alors là, le problème se corse, y avait aussi Aka qui me plaisait bien mais qui n'était pas du tout célibataire ! Puis bon, le gars mignon qui fait 1m9X , comment ne pas craquer hein ?! (B. était trèèès petit, genre 1m70 et des cacahuètes) J'ai donc passé toute la soirée à titiller Aka, on s'amusait à se battre (Owiiiiii Aka, fouette moiiiii !), beaucoup de contact physique mmmmm, je me le taperais bien l'Aka !
Bref, je ne trouvais pas de place pour m'asseoir, il m'a gentiment proposé ses genoux (aaaaaah, faut pas me le dire deux fois ça !), il me caressait tendrement les bras, j'étais toute chose, c'est ce genre de petits gestes qui me rendent folle intérieurement et qui me donnent envie de sauter sur un homme ! Bref, je me suis dit, boooon, on a bu, il a une copine, il le regrettera peut-être !
On a tous continué à faire la fête jusqu'à pas d'heure, puis je me suis couchée sur un canapé.

Le lendemain matin, qui je retrouve à mes pieds (bon, on était tête-bêche quoi !) ? B. ! Bah, il sort d'où lui ? Qu'est ce qu'il fout là ?
Je me suis levée, la journée était calme, tranquille, gueule de bois oblige.
On a mangé un bon plat de pâtes au soleil histoire de plâtrer nos estomacs, ils ont joué aux cartes (moi pas, je ne suis absolument pas mauvaise joueuse mais je n'aime pas qu'on se moque de moi quand je ne comprends rien à un jeu que je ne connais pas !), au bout d'un moment, c'est un tantinet chiant de regarder des gens jouer aux cartes, je suis donc retournée dans le grand jardin.
J'ai pris ma serviette, je me suis mise en bikini, je me suis allongée et j'ai exhibé mon fabuleux corps de rêve (bon, ça va, c'était juste que là, j'avais le ventre plat !), B. et Aka se sont mis à l'autre bout du jardin, ils jouaient à je ne sais plus quoi. Je regardais furtivement dans leur direction en me demandant s'ils me regardaient, vu la distance, c'était un peu dur !

L'aprem est passée assez vite, enfin... On s'est surtout levé tard ! Aka a du rentrer parce que sa copine commençait à s'impatienter. Bon baaah, au revoir cible n°2 !
On était plus que 5/6, on a traînassé, B. se rapprochait de moi. Il m'a massée quelques secondes, j'ai fait ma petite princesse : "Mais nooon, continue euuuuuuh !", "Bah non, t'as qu'à me masser toi !". Bon, on s'est mis d'accord, on aurait droit chacun à un massage après manger.
On a mangé, on s'est posé on s'est fait nos petits massages. Je me demandais sans cesse : "Mais putain, est-ce que je lui plais ?"... Il travaillait le lendemain mais a décidé d'appeler son patron pour lui dire qu'il ne viendrait pas. Bon, il avait une bonne excuse, il a fait une réaction allergique à une piqûre d'araignée, il avait un oeil tellement gonflé qu'il n'y voyait rien. On l'appelait d'ailleurs B. le borgne.
On s'est mis un film, on s'est posé l'un à côté de l'autre dans le canapé, on était tout serrés, j'avais tellement envie qu'il me touche, qu'il me caresse les cheveux, je sais pas moiii ! Bordel, touche moi !!!
Bon, c'est bien sympa un film mais déjà, je m'endors devant et quand t'as deux trouducs qui balancent les répliques avant même qu'on les entendent dans le film, c'est léééééégèrement agaçant ! J'ai donc décidé de monter et me lire un petit bouquin dans une des chambres.

Bien entendu, j'ai choisi une chambre avec un grand lit, je lisais à moitié, j'attendais qu'il monte, je me disais "Est-ce qu'il a compris le message ? J'espère !", "Non mais s'il vient pas, je serais trop dégoûtée, j'oserais jamais aller le voir moi !". J'attendais, j'attendais, je stressais, ils sont au final tous remontés.
J'avais laissé ma porte entrouverte (bon, en gros, Ramène ton cul dans le pieu et vite !). Je le voyais passer devant 36 000 fois et ENFIN, HALLELUJAH, Merci mon Dieu ! Il est entré timidement en me disant : "Est-ce qu'y a de la place ici ?" baaaah coco, y a assez de place dans TOUTE la maison mais ouais, viens voir tata Lumi !, je l'ai donc fait entrer, il était tout timide, il ne savait pas trop quoi faire, je le sentais vraiment nerveux. Il s'est enfin décidé et il s'est glissé sous la couette puis on a commencé à parler encore et encore. Entre autres, du fait qu'il n'était pas pour les relations à distance. Perso, ça m'allait, un petit flirt de temps en temps, ça fait pas de mal.
J'ai posé ma tête sur son torse, il me caressait les cheveux, les bras, me faisait des bisous sur la joue, le front, c'était tellement agréable !
J'ai fini dans ses bras et on a au final pas du tout dormi. Bordel, un gars qui te saute pas dessus le premier soir, c'est tellement rare (bon, j'ai su après que c'est juste que monsieur ne couche pas comme ça et qu'il ne voulait pas me faire espérer) mais c'était très appréciable, par contre, un petit bisou, j'aurais pas dit non ! Je m'étais brossé les dents merde !

On devait partir dans la matinée, on a préparé nos sacs puis on s'est dit au revoir, il est arrivé vers moi et m'a fait un énoooorme bisou sur la joue en me disant "Tiens, un bisou de grand-mère !", what the fluck mec ? Et le roulage de pelle ? o_o Je lui ai dit "Pfff dégage avec ton bisou ! C'est tout ?" (en rigolant bien entendu), rolala, c'est à la meuf de tout faire, j'vous jure ! Je lui ai donc déposé un doux baiser sur les lèvres et bon... C'est moi qui ai foutu la langue (je suis super classe, je sais !) parce que je le sentais bien timide le jeune homme et je pense que j'aurais pu attendre bien longtemps avant qu'il sorte la sienne ! En tout cas, il embrassait bien :) Il m'a dit plus tard qu'il s'attendait pas du tout à ce que je l'embrasse... Non mais oh, tu vis dans quelle époque mon petit ?

On s'est envoyé des SMS en rentrant, il était au taquet le petit, "blablabla je pense qu'à toi mais c'est trop dur, les relations à distance je peux pas.", on s'envoyait des SMS tous les jours, tout le temps ! Raaaaaaah, c'est fou ce que j'adore ça, les SMS du début, quand t'arrêtes pas de mater ton tel pour voir s'il t'a répondu, quand il te répond enfin et que t'as le coeur qui bat à 1000 à l'heure. Au final, il a craqué (je sais, je sais, je suis irrésistible !), on s'est mis ensemble.
C'est la relation sérieuse la plus "nulle" que j'ai eu, dans le sens où on passait notre temps à se contredire et chipoter pour des détails, on était vraiment pas sur la même longueur d'onde. Au bout de 6 mois, je n'étais toujours pas amoureuse alors que je tombe amoureuse assez rapidement, on était pas du tout compatibles mais sexuellement, qu'est-ce que c'était bon ! Bref, tous ces petits moments, cette magie du début, j'ai l'impression qu'il me la faudra toujours à moins qu'il existe un homme qui serait capable de me faire ressentir tout ça à long terme... En tout cas, c'était la meilleure chose dans cette relation, ces premiers rapprochements, ce petit jeu.

Vous qui êtes en couple, vous pensez parfois à la magie du début ? Est-ce que vous avez envie de revivre ces moments ?


 (Si tu me lis mon petit gigolo, tu sais qu'on était pas faits pour être ensemble hein ;) Oui, quasiment tous mes ex vont de temps en temps sur mon blog, je suis une gentille fille, je reste amie avec mes ex, ceux qui ne m'ont pas manqué de respect en tout cas. C'est d'ailleurs B. qui m'a donné mes premiers cours de guitare :D)

mercredi 23 octobre 2013

Vis ma vie de groupie du Sidoine.

Oui, ça faisait longtemps que je vous avais pas bassiné avec mon petit Sidouminou, Sidoine, pour celles qui ne connaissent pas encore, je sais que ça vous a manqué ! Il faisait la première partie de Margaux Avril hier soir au Nouveau Casino et j'y étais ! (Noooon, jure !)
Bref, me voilà, à 6h du mat', en train d'écrire cet article parce que j'ai besoin de raconter ce que j'ai vécu à quelqu'un et ce quelqu'un, ça sera toi mon blog chéri !


Il y a quelques jours, Sidoine annonçait donc qu'il ferait cette première partie, je n'ai pas hésité une seconde, j'y allais, c'était sûr ! Puis, je me suis demandé avec qui. Non, sérieux, qui voudrait payer 17€ pour 4 chansons (à part moi ?), aucun de mes amis n'a voulu, j'ai essayé de les persuader quand ils étaient pompettes, pas moyen, seule, ma soeur a accepté... Ouais, contre 3 massages et 3 soirées 90s au Bataclan, les boîtes, j'adore, non mais j'adore... Bref, qu'est-ce qu'on ferait pas pour son chouchou !

Au final, je me suis tâtée jusqu'au dernier moment, dans mon pyjama Bob l'éponge, à 15h, j'avais presque envie d'annuler. A coups de : "Non mais pfiouuuuuuh, vas-y demain je dois être pump it up !", "Non mais, ça vaut vraiment le coup sérieux pour 17€ ?" (tout en sachant que je vais rarement à un concert sans me prendre une petite dose de calories dans le bide, merci la bière). Heureusement, Ludivine (Aka SuperConnasse) est là pour m'écouter geindre et me répéter que je le regretterai fortement plus tard, que je dois y aller et que c'est un ordre !
Je me suis douchée, je me suis tranquillement préparée (pendant que SuperConnasse me matait en cam, oui, on a de drôles de manies, c'est pas ma faute moi si elle aime me regarder quand je me maquille !), j'ai enfilé un t-shirt, un pantalon noir, mes lunettes histoire de faire secrétaire cochonne... "Bon, je mets quoi comme chaussures ? Les bottes, ça va bien avec le slim mais ça fait trop prostipute !", "Je mets mes docs non ?", "Non mais tu veux pas y aller avec un sweat à capuche non plus ? Je suis sûre que t'en serais capable !"... Ouais bon... Je veux parfois faire trop simple et au final je suis aussi sexy que Maïté en train de tuer une pauvre anguille. C'est bon, je mettrai mes bottes de prostipute, elles vont si bien avec ma petite veste en cuir !

C'est parti mon kiki ! On prend le métro, on arrive à Oberkampf, ma soeur me montre tous les endroits où elle mange le midi, la boulangerie où ils font de trop bons pains au chocolat puis je commence à reconnaître l'endroit en me disant : "Oh, j'ai déjà du faire un concert ici !" et ma soeur me dit naturellement : "C'est ici qu'on sort avec Pascal.", ah. Apparemment, je dois trop boire avec Pascal...

Bref, on arrive à 19h45, dernière petite cigarette, je flippe, j'ai peur d'entrer, je demande deux places pour le concert de ce soir et on arrive dans la toute petite salle "Ah ouais quand même !", "Ah mais y a personne !", bon, partons à la recherche des toilettes... On se dirige ensuite vers le bar, ça sera une pinte pour Lumi (la sensualité incarnée), un Baileys pour la LumiSoeur. La taille de la salle me stresse encore plus, le manque de présence humaine aussi. Je règle mon appareil rapidement avant que ça commence. Pour je ne sais quelles raisons, j'ai atrocement peur, limite, c'est moi qui vais faire le concert...

Ma soeur me dit en souriant : "Tiens, le voilà !", je jette un rapide coup d'oeil sur scène "Ah.", bon, on va s'avancer un peu quand même mais pas trop, Dieu sait que j'aime être au premier rang pourtant... Je ne sais pas, j'ai cette peur qui me serre le coeur, qui me fait mal au bide, je suis tétanisée, on va donc rester derrière.
Le beau et définitivement trop sexy jeune homme commence donc par "Si l'on ne vit qu'une fois", j'attrape mon appareil, j'essaie tant bien que mal de prendre quelques photos, sans le flash, c'est pas évident puis, ma main qui n'arrête pas de trembler, c'est mort, je n'y arrive pas. Ma soeur me fait remarquer qu'il est mal coiffé, ça me fait rire, c'est Sidoine et ses cheveux indomptables quoi !
J'apprécie, je souris, je parle avec ma soeur, lui dit : "Bah alors ? Tu chantes pas ?" et je chante avec Sidoine : "Si l'ont ne vit qu'uneuh fois ah ah aaah !" le sourire aux lèvres, la chanson passe assez vite, en plein milieu, ma soeur me sort "Je peux pas m'empêcher de sourire.", j'ai tellement bassiné les gens avec Sidoine qu'ils ne peuvent tout simplement pas le détester lui ou sa musique.
Si vous voulez voir ce que la version acoustique peut donner, c'est par ! (Alleeez, ça vaut le détour !)

Il enchaîne avec "Capital Paname", bizarrement, cette chanson est celle que j'aime le moins de l'EP, elle était pourtant bien partie pour être l'une de mes favorites, je l'apprécie tout de même ! Je ne sais pas si je suis aveuglée par la beauté du jeune homme et ma folle envie de monter sur scène et le violer mais je le trouverais presque parfait ! Enfin, je veux dire, ce soir, je n'ai rien à lui reprocher musicalement parlant. Je fais une autre tentative de photos, toujours pas... Ma soeur m'a fait rire : "Ah, je savais pas qu'il sifflait dans cette chanson.", ouais, je sais, je sais, il est même sexy quand il siffle...
C'est la fin de la chanson, ma soeur me dit : "Bah, t'applaudis pas ?", en regardant mes mains l'une après l'autre, je réponds : "Bah non, j'ai ma bière et mon appareil, je peux pas.", en fait, c'est surtout que je suis une personne pas très très démonstrative.

Sidoine fait ses remerciements, sans oublier le barman qui va lui offrir un Gin to', rooooh Sidou, Gin TO-NIC, TO-NIC, c'est laid "Gin to' !", oui, je suis chiante sur les expressions, les abréviations, le verlan et tout ça... Il est super drôle le Sidou hein ? Sinon, moi, je peux lui apporter sans problème son Gin tonic hein ! Bref, c'est au tour d'"Infidèle", le sourire aux lèvres, je me tourne vers ma soeur, elle, à moitié blasée : "Quoi ? C'est infidèle..?", ouaiiiis, comment t'as deviné ? T'es kro kro forte ! Non, parce qu'en fait, faut que je vous avoue, cet été, j'ai un peu abusé du Sidou, c'était les vacances, il faisait chaud, je trouve ça sympa d'écouter Sidoine au soleil moi ! Ma soeur un peu moins... Du coup, dès que je lui parlais de Sidou (c'est à dire tout le temps), ça lui foutait instantanément cette chanson dans la tête ! Bah, je peux vous dire que c'était très drôle de parler de Sidou avec elle !
En tout cas, j'ai bien apprécié ce petit moment d'infidélité, je devais avoir l'air vraiment gaga à sourire bêtement.

C'est déjà la dernière chanson, une chanson qui lui tient à coeur, la chanson (je cite) avec laquelle il a "ouvert le bal", "Knocking on heaven's door", souvenez-vous, j'étais très agacée par le fait qu'il ne prononce pas les "H", baaah, figurez-vous que maintenant, il les prononce ! Si siiii, j'vous promets ! Je n'ai jamais autant apprécié cette reprise. Bon, il en zappe toujours un, je ne comprends pas pourquoi mais on y arrivera un jour, on y arrivera...
Le goujat aurait au moins pu me faire une dédicace, je sais pas moi, un truc du genre : "Dédicace à ma Lumi, celle qui passe son temps à me harceler sexuellement, celle qui m'emmerde pour le moindre détail, celle qui peut être froide comme un Mister Freeze pour me dire deux minutes après qu'elle me keaf, qu'elle me flash, qu'elle me lauve... Bref, Lumi, grâce à toi, je sais que le H d'Hawaï n'est inutile qu'en français.", c'est la moindre des choses non ?
Bref, je prends (enfin, encore une fois, j'essaie) quelques photos et j'éteins vite mon appareil, tant pis si mes photos sont pourries, je veux profiter de cette chanson dans son intégralité, je veux savourer la douceur de ses H, je l'avoue, j'ai été transportée... Jusqu'à ce qu'il oublie le H habituel ! Je souris et reste tout de même sur mon petit nuage. C'est là que je me prends une petite claque, c'est déjà la fin et j'en suis bien triste !

Knocking on heaven's door

Ma soeur me dit que la suite sera peut-être bien, je lui dis que non, baaaah, à part Sidoine, la variété française, c'est pas vraiment ma tasse de thé. On s'enfuit puis ma soeur me fait remarquer que ça fait cher la chanson, ah bah ouais mais quand on aime, on ne compte pas ! C'est pas très très grave... Même si j'ai passé deux fois plus de temps dans les transports que le mini concert en lui-même !

En rentrant, j'ai ce léger coup de blues habituel. Après un concert que j'ai apprécié, j'ai toujours ce petit pincement au coeur parce que c'est terminé, parce que ça me manque, parce que c'était bien, parce que je suis frustrée, parce que j'aimerais y être à nouveau, parce que j'aimerais revivre ce moment encore et encore.
Une fois à la maison, séance de Skype avec LudiSuperConnasse, je lui raconte tout dans les moindres détails, je lui raconte que je n'ai vraiment pas été déçue, que je suis frustrée, que ça me fait chier d'avoir aucune photo réussie, que 4 chansons, c'est assez court pour juger mais que je l'aime mon chouchou. Bref, on redevient deux gamines de 14 ans et ça fait plaisir !

Voilà, c'était un petit bout de ma vie de groupie. On ne contrôle pas ses coups de coeur, le mien, c'est Sidoine et quoique l'on dise, sur scène, du peu que j'ai vu, il envoie du pâté ! Je n'ai qu'une hâte, le voir pour un vrai concert ! Selon mon degré d'alcoolémie, je finirais peut-être par lui balancer un soutif et crier : "A poiiiiiiiil Sidouuuuu !".

Bon, en tout cas, merci à ma connasse de soeur, parce qu'elle a quand même payé les places pour le concert ainsi que les boissons alors que c'était MON concert :) Elle est pas généreuse la LumiSoeur ?

Je vous laisse avec mes photos pourries !






jeudi 17 octobre 2013

L'art de la critique.

Meredith Brooks - Bitch


Je critique et j'aime ça, oui, ça me fait plaisir de critiquer cette collègue qui ment comme elle respire, j'ai beau m'entendre avec, quand je vais parler d'elle, je penserai principalement à ce trait de caractère qu'elle a.
C'est un exemple parmi tant d'autres, je critique souvent mais attention, y a des limites à ne pas dépasser ! Je ne suis pas non plus la connasse de service hein... Je ne vais pas m'amuser à critiquer pour critiquer.
La TV n'en parlons pas...
Avec certaines copines, on adore se poser devant "Tellement vrai", "C'est ma vie" ou les émissions d'MTV, en pyjama ou en jogging, on se pose avec nos tonnes de bouffe et nos litres de bière et de coca... On débite, on débite, on débite puis au bout d'un moment on se regarde et on se dit "Pouah qu'est ce qu'on est désirables là !" Dire que les hommes nous imaginent en petit short à faire une bataille de polochon !" Eh ouais, on a la classe ou on l'a pas, en l'occurrence, nous, on l'a pas.

Bref, si je vous en parle aujourd'hui, c'est parce que ce matin, avec ma chère connasse de Ludivine, on discutait, je lui racontais une petite mésaventure avec une amie puis je me suis mise à la critiquer vivement et avec entrain. Ludi m'a fait remarquer que j'avais des amis vraiment bizarres et là, petit choc intérieur : "Non mais on choisit ses amis, c'est juste que j'aime les gens qui sont pas platoniques ! Enfin, je te rassure hein, c'est juste que je critique énormément !". Puis là, j'ai fondu en larmes et je me suis mise à confesser mes péchés, lui dire que je me sentais tellement mal, que j'étais une fille ignoble et que je ne méritais pas mes amis... Ouais, non, pas crédible.

Une amie se demandait justement comment on pouvait critiquer les gens qu'on aimait, bah, on est juste réalistes et critiques. C'est simple, relever les défauts de quelqu'un ne veut pas forcément dire insulter. Puis, il faut surtout savoir que je ne critique jamais gratuitement ! Je le fais quand il y a une raison précise, je ne vais pas juste cracher mon venin pour le plaisir.
J'ai d'ailleurs une seule et unique amie que je ne critique jamais. Cette fille, c'est un ange tombé du ciel, elle a beau être tête en l'air, elle est tellement pure et bonne que je peux tout lui pardonner. Dans la limite du raisonnable bien entendu mais la connaissant, j'en mettrais ma main à couper, jamais elle ne me blessera, intentionnellement en tout cas.
Certes, je critique énormément mais ça ne veut pas dire que je n'aime pas mes amis, je les ai choisis et acceptés avec leurs qualités et surtout leurs défauts.
Je ne sais pas pourquoi mais je ne peux pas m'empêcher de parler de ces défauts que j'ai justement accepté, je n'y arrive pas ! Si je les ai acceptés, je devrais peut-être faire abstraction et laisser couler ? Non, faut que ça sorte, c'est plus fort que moi... "Haaaaan mais tu sais pas toi ce que Gertrude m'a dit sur ma nouvelle couleur de cheveux ?! Mais c'est A-BU-SÉ quoi, mais pour qui elle se prend sérieux ? Puis bon, elle est bien placée elle, t'as vu sa gueule ?!". Bon, j'exagère un tantinet mais vous avez compris l'idée !

Bref, Je sais que c'est mal (je me dis toujours dans ma tête et sur Twitter "Rah, Dieu me punira !"), je sais qu'on est censé bitcher entre amis et non sur les amis mais je vous promets, je suis malade, c'est une MALADIE ! Bon, ok ok, je suis juste une critiqueuse passionnée, fouettez-moi, je le mérite et j'aime ça !
Y aurait pas un ou deux de mes lecteurs qui seraient dans le même cas que moi ? Dites-moi que oui, s'il vous plaît, S'IL VOUS PLAÎT ! (Je vous paierai en bonbons Haribo ! Oui, je sais pas ce que j'ai à vouloir payer les gens en bonbons Haribo...)

Aux amis qui me liront, je vous aime comme vous êtes, j'aime vos qualités, vos défauts me titillent mais si je suis encore là aujourd'hui, c'est que bah... J'vous keaf, j'vous flash, j'vous lauve avec vos super qualités ET vos défauts de merde.
Même si j'ai parfois envie de vous balancer une chaise à la gueule, je vous aime, puis bon, je sais très bien que vous, c'est la table que vous avez envie de me balancer en pleine face, vu mon caractère de merde... :)

Rendez-vous sur Hellocoton !

mercredi 16 octobre 2013

Je vais bien ne t'en fais pas.


Woodkid- Where I live
And I'm waiting for the sun


En vacances, j'étais loin de tout, loin des problèmes, loin de mes responsabilités.
Enfin... les responsabilités étaient toujours présentes mais j'ai irresponsablement choisi de les enfouir dans un tout petit recoin de ma tête.
J'ai préféré, profiter de ce temps pour apprécier les plaisirs simples de la vie. Le soleil sur ma peau,  m'allonger et contempler ce ciel bleu qui se fait de plus en plus rare, fermer les yeux, mettre mes écouteurs et me laisser bercer par la musique qui a une place si importante dans ma vie, me mettre à table, apprécier un simple repas en discutant de choses plus ou moins banales. Je me sentais bien, je me sentais légère, apaisée.

J'ai toujours eu du mal avec les retours, je me souviendrai toujours de cet hiver où je suis partie à Montréal.
Je pensais que le décalage horaire m'avait juste retournée, désorientée, je ne dormais plus la nuit, je n'y arrivais pas et ne semblait pas avoir plus envie que ça. Je sentais que ça me démangeait, les bras, les jambes, le ventre, la poitrine, je grattais, je grattais, je grattais... J'ai pris peur, j'ai pensé que des insectes venaient faire joujou avec mon corps quand je m'assoupissais. Je suis allée voir mon médecin, il a regardé ma peau, a relevé la tête et m'a tout simplement dit "Bah, c'est de l'eczéma !", c'était d'une logique pour lui. Moi, un peu étonnée et rassurée de savoir que les acariens ne venaient pas pondre leurs oeufs sous ma peau : "Ah... Mais pourquoi ? Comment j'ai attrapé ça ?", "Ah bah, elle est très très stressée la petite !". Ah. J'ai toujours vu le stress comme un état d'agitation et de nervosité intense, j'étais très étonnée. Forcément, je n'ai jamais pensé au stress intérieur, pour moi, je ne stressais pas.
Bref, j'étais une loque, heureusement que je reprenais le travail un mois après mon retour qui s'avérait ne pas être un simple retour mais en fait, un retour à la réalité.

Aujourd'hui, je me retrouve à peu près dans la même situation, après mon retour de vacances, je me suis retrouvée chez moi, je traînais, c'était à base de "Je rangerai ma chambre demain." (la chambre est toujours dans un bordel monstre), de repas sautés, de journées sous la couette, de motivation inexistante... Je me dis toujours que le lendemain sera différent, que je me bougerai, la motivation ne pointe toujours pas le bout de son nez, la volonté, elle aussi, joue à cache-cache la vilaine.

J'ai beau continuer à faire la fofolle, à sortir, voir mes amis, quand je me retrouve seule, BOUM ! Mon monde s'écroule. Je ressens à la fois ennui, tristesse, incompréhension, frustration et colère. J'ai envie d'envoyer chier cette forme d'hypocrisie qu'on appelle la diplomatie, j'ai envie de dire à cette copine qui me coupe la parole au tel : "Bordel de merde, comment est-ce que t'as été éduquée ?! On t'a jamais dit que c'était malpoli de couper la parole ?", j'ai envie d'envoyer chier cette amie qui fait sans arrêt des promesses qu'elle ne tient jamais, j'ai envie d'envoyer chier cette personne qui ne répond pas à mes mails, j'ai envie d'envoyer chier cette conne qui me dit "Je te rappelle dans 5 minutes !" qui ne rappelle jamais. J'ai envie de blesser les gens qui me blessent, qu'ils le fassent consciemment ou pas, j'ai envie de leur faire mal. Puis je regrette. Mon humeur fait du yoyo, je déteste ça.
Je ne sais pas ce qu'il se passe, je ne sais pas pourquoi j'ai le coeur qui se resserre sans arrêt, je ne sais pas pourquoi je suis à fleur de peau. Je n'en parle à personne, ça ne servirait à rien et les phrases bateau pour essayer de remonter le moral, je n'en veux pas. J'ai mis un peu de temps à me l'avouer à moi-même mais je ne vais pas bien.
Mes journées se résument à regarder mes plaquettes de Xanax et me demander si j'en aurai assez pour le mois, à traîner sur les réseaux sociaux avec de la musique dans les oreilles toute la journée. Le problème, c'est que j'ai aussi une putain d'envie de me défoncer la gueule et boire.
Les seuls jours où je revis, sont les jours où je travaille ou quand je vois mes amis mais le problème avec l'intérim, c'est que tu ne sais jamais quand tu travailleras, on peut t'appeler le jour même et te demander de te pointer dans l'heure. Encore du stress pour ma pauvre petite tête. Toujours arriver dans une nouvelle boîte, la peur au ventre parce que j'ai cette putain de phobie sociale.

Bref, on a tous des baisses de régimes, on a le droit de se dire "Non, je ne vais pas bien." l'important est de s'en rendre compte et de ne pas tomber dans la dépression. Je me dis que c'est temporaire, j'ai des amis et une famille que j'aime, des projets, des passions, des envies.
A mes amis qui me liront, je vous demanderai juste une chose, ne me parlez pas de mon mal être, je vous dirai très bientôt "Je vais bien, ne t'en fais pas."

Gorilla - Bruno Mars

Désolée les filles, j'ai une de ces flemmes en ce moment, je ne poste donc plus et je ne me suis toujours pas remise à écrire mes articles sur le psycho, je reviens vous parler un peu musique aujourd'hui. C'est bien la seule chose à laquelle je reste fidèle.



Hier, à ma grande surprise, en traînant sur Facebook, j'ai suis tombée sur le dernier clip de Bruno Mars, Gorilla, une de mes chansons favorites du dernier album voire la chanson favorite.
Première réaction, "Coooool !" mais en tant que grande chieuse je me suis directement dit "Putain mais non fait chier ! J'aime pas quand on sort les chansons que j'aiiime roh, tout le monde va l'aimer maintenant, elle sera plus rien qu'à moi !", parce que c'est connu hein, quand une chanson n'est pas sortie, personne ne la connaît, puis, c'est pas comme si Bruno Mars avait 17 millions d'abonnées sur Twitter (moi ? Accro à Twitter ? Naaah !) et qu'il n'avait plus rien à prouver à son public.

Parlons de la chanson en elle-même, faut dire ce qui est, cette chanson pue le sexe, sans même écouter les paroles, on sait tout de suite de quoi ça s'agit hein ! Petit coquinou de Bruno !
C'est le genre de chanson que t'écoutes, les yeux dans le vide, perdue dans tes pensées, laissant le scénario défiler dans ta tête. Tu t'imagines sauvagement faire l'amour avec un homme, un vrai, pas l'homme qui aura du mal à dégrafer ton soutif et qui, maladroitement cognera ta tête contre le mur. Non non, un homme, celui qui d'un coup de main dégagera ta commode de tous tes produits de beauté (Big up à vous les blogueuses beauté !), un homme qui sans aucun effort te portera sur cette commode et retirera ton soutif sans même que tu t'en aperçoives, bref, vous l'aurez compris, un homme qui fera un sans faute et qui te fera perdre toute raison et once de sagesse.

 Un petit passage qui m'a toujours marquée :

 "If the neighbors call the cops, call the sheriff, call the SWAT we don't stop, we keep rocking while they knocking on our door. And you're screaming give it to me baby, give it to me motherfucker."

Combien de fois je me suis imaginé dans cette situation ?
Je vous le concède, c'est vraiment tiré par les cheveux mais n'est-ce pas le but du fantasme ? Donc oui oui, je me suis bien imaginée continuer à copuler bestialement avec un beau mâle alors que le sheriff, les flics et le SWAT frappaient à la porte. Rassurez-moi, dites moi que je ne suis pas la seule !

Du coup, j'ai visionné ce fameux clip et j'ai franchement été déçue, non pas que le clip soit pourri hein, j'ai été déçue parce que j'ai tellement vécu ces scènes dans ma tête que moi, j'avais déjà mon clip ! Bah oui Bruno, t'as pas pensé à moi ? Tu t'es pas dit que peut-être, j'avais pas besoin de ton clip à toi hein ? Déjà, je le voyais bleu le clip, oui oui, bleu et très sombre et à aucun moment je me suis imaginée une barre de pole dance, je me suis encore moins imaginée crier, assise sur le sol : "Give it to me motherfucker !". Puis les billets, non mais non... Bruno, tu m'as déçue.

Et vous, est-ce que cette chanson vous fait le même effet qu'à moi ou encore une fois je suis un peu trop psycho ? Qu'avez-vous pensé de ce faux clip ? Pour détruire tous vos fantasmes et dures heures de travail d'imagination, c'est par ici ! (Bon, vous l'avez compris, si vous voulez voir le clip, c'est quoi.)
Rendez-vous sur Hellocoton !

dimanche 6 octobre 2013

Mes petites hontes à moi #4

Me revoilà avec quelques hontes plus ou moins assumées ;)

Il y a des jours où je ne me lave pas, bah ouais, petite, je fuyais les douches comme la peste, j'ai sans doute garder un petit reste. Il y a des jours où je glande à la maison, je reste sous ma couette et je regarde mes séries. C'est pas non plus régulier hein, je suis pas une Lumicrado, parce qu'aujourd'hui, j'adore ça la douche, être propre, c'est étonnamment très agréable !
M'allez, avouez-le, vous l'avez tous déjà fait ! S'il vous plaît, ne me répondez pas : "Euh, non, je me lave tous les jours moi...", je me sentirais trop seule.

Je suis quelqu'un qui pleure très facilement devant les films/séries, je préfère d'ailleurs me mater un film seule quand je sais que je risque de pleurer, le pire, c'est que j'aime ça. J'ai pleuré en regardant Ted, oui oui, vous avez bien lu, on parle bien là de l'ours queutard qui se bourre la gueule et qui passe son temps à faire la fiesta. Je vais pas spoiler mais... Y a que moi pour pleurer devant un film comme ça.

Je peux pas m'empêcher de qualifier les choses ou les gens de gay... C'est une habitude, j'y peux rien ! Un jour, on regardait la TV avec ma soeur et un pote et là, y a un monsieur qui se met à courir, moi, je m'exclame haut et fort : "Roooooh mais il court comme un gay !", PAM, je reçois un coup, "Comment ça il court comme un gay ? Je cours pas comme ça moi !", "Maiiiiis, tu vois ce que j'veux dire !"... Du coup, maintenant, je fais attention, faudrait que j'essaie "Qu'est-ce que c'est hétéro cette série !"...

J'ai un tatouage qui rassemble deux chansons, l'une des Backstreet Boys, l'une des Hanson, oui oui, vous avez bien lu. Ces deux groupes (que j'aime toujours d'ailleurs) m'ont accompagnée pendant toute mon adolescence, enfin, je les ai plutôt suivis... J'étais complètement fanatique. Ils font partie de ma vie, de mon vécu, j'avais envie que ce soit encré en moi, quand on est fan, il y a des choses qui ne s'expliquent pas mais ça, c'est une autre histoire... Je vous en parlerai, un jour.

Alors, j'ai comme adresse mail "Tousdcanards@walagainbistoufly.com"...  Moi, quand j'ai utilisé cette adresse pour Bouygues, pour mon compte bancaire ou encore la boîte événementielle pour laquelle je travaille. Je pensais que ça servirai seulement pour l'inscriptions sur leurs sites, je pensais pas vraiment que j'aurai à confirmer cette adresse au téléphone...
Je suis déjà pas fan du tout du tel, je l'évite un maximum alors vous pouvez vous imaginer à quel point j'ai honte quand on me demande cette fameuse adresse...
-Bouygues : J'appelle parce que j'ai un problème sur la facture (encore) ; "Oui bonjour, pouvez-vous me donner votre adresse mail ?" *hésitation* MERDE, putain, non, la honte ! "Oui bien sûr, tousdcanards..." *Le gentil monsieur est pris d'un fou rire et met un peu de temps avant de reprendre son calme*. Bon, au moins, ça l'a fait rire !
-Ma conseillère BNP : "Oui, avez-vous toujours la même adresse mail ?", "Oui oui, toujours la même.", "Tousdcan...", ouiiiii, je t'ai dit que c'était toujours la même, pas besoin de confirmer ! "Oui oui, c'est bien celle-là !" "Non mais c'est pas grave Mlle N. !" . Merci, vous me rassurez madame, j'ai pas honte, là, tout de suite.
-La boîte : "Lumi, j'ai une mission pour toi, t'as toujours la même adresse mail ? Sinon, faut que tu me la redonnes vite !", "Bah, j'ai toujours la même oui.", "Okay, c'est quoi déjà ? Oh, bah redonne là moi maintenant en fait !", mais p'tain Alex, va voir dans tes mails ! "Tousdcanards...", "Ah bah ça, c'est clair, tous des canards !", merci Alex :) M'enfin, je devais même pas avoir 15 ans quand j'ai créé cette adresse !

Aujourd'hui, à 29 ans, j'ai encore peur du noir, il m'arrive encore de me glisser sous la couette de ma soeur parce que j'ai peur de dormir seule. Je vous avais déjà parlé de ma peur des fantômes. Le soir, quand je commence à m'imaginer trop de choses, impossible pour moi de bouger de la pièce où je suis. Quand j'habitais à Montréal, je devais passer par la cuisine et le salon pour aller aux toilettes, je demandais toujours à mon copain de m'accompagner le soir... Super glam hein la fille qui fait pipi alors que son copain l'attend derrière la porte ?

Quand je suis énervée contre quelqu'un et que ce quelqu'un continue à m'emmerder, je le regarde sans rien dire mais dans ma tête, je suis en train de l'insulter et lui arracher la tête. Je sais bien que la communication, c'est important mais y a des fois où tu te dis qu'une petite pichenette sur la tête, ça peut pas pas faire de mal.

Sous la douche, quand je ne suis pas en train de chanter comme une casserole (je me suis toujours demandé pourquoi sous la douche, l'envie soudaine de chanter nous prenait) ou perdue dans mes pensées les plus profondes (je me suis aussi toujours demandé pourquoi on réfléchissait autant sous la douche), je m'amuse à faire des bulles avec la bouche, apparemment, le goût dégueulasse du savon ne me dérange pas plus que ça, c'est mon côté maso ça.

Ma soeur m'a donné le doux surnom de "Clodo" parce que j'aime manger des choses qui peuvent dégoûter les gens, j'adore manger les croûtes de fromage, le truc que tout le monde jette vous savez, bah moi, je vais les ramasser, pas dans la poubelle, je vous rassure ! J'aime aussi la couenne du jambon, les pieds de cochon, ronger les os, manger du beurre seul etc. D'ailleurs, ma soeur, quand on mange du saucisson, ça lui arrive souvent de retirer le gras et me le donner. J'y peux rien, j'adore tout ce qui est gras, voilà, j'ai envie d'un bon os à moelle...

Rendez-vous sur Hellocoton !

jeudi 3 octobre 2013

Ce qu'on adore entendre quand on est célibataire...

Ou pas !


Quand t'es célibataire, que ce soit depuis des mois et des mois ou que tu te sois fraîchement fait larguer, il y a toujours des personnes pour te sortir des phrases de merde, faut dire ce qui est hein ! Des phrases bateau, des phrases qu'on sort sans doute sans réfléchir, des phrases qui énervent, ces fameuses phrases reviennent malheureusement très/trop souvent...


-Quand t'apprends à quelqu'un que t'es célibataire et qu'il te répond vraiment étonné : "Mais t'es pourtant pas moche, je comprends pas que tu sois célibataire !". Aaaaah bah oui, bien entendu, c'est vrai que le physique ça fait tout, pardon, j'avais oublié.

Quand tu viens de te faire larguer : "Un de perdu 10 de retrouvés !Je cherche pas à faire une partouze, je veux UN copain !

-"Mieux vaut être seule que mal accompagnée.Je veux être accompagnée mais BIEN, ça marche aussi non ? Pourquoi on parle toujours d'être mal accompagnée ? Est-ce que vous connaissez quelqu'un qui a déjà dit "Aaaah mais c'est vrai, t'as complètement raison, je préfère être seule !" après avoir entendu cette phrase ? Non.

-"T'es pas mieux comme ça ? T'as pas de comptes à rendre.Et si j'ai envie d'avoir quelqu'un à qui rendre des comptes hein ? Et si j'ai envie d'avoir quelqu'un qui soit un peu jaloux, quelqu'un qui veuille savoir ce que j'ai fait parce qu'il s'inquiète, qu'il ait pas envie qu'on me tourne autour, je veux ce quelqu'un !

-"Profite de ton célibat, sors, fais la fête ! Tu vas pouvoir draguer qui tu veux quand tu veux, elle est pas belle la vie ?" Je pense avoir bien profité de mon célibat et j'ai pas non plus envie de draguer tout ce qui bouge, de plus, depuis quand être en couple t'empêche de faire la fête ? J'ai toujours fait la fête quand j'étais en couple, avec ou sans mon copain, non mais oh !

-"Oh bah écoute, ça te fait beaucoup plus de place dans le lit, tu peux même faire l'étoile et t'as personne pour te piquer toute la couverture la nuit ! Puis tu peux dormir sans les ronflements de l'autre, c'est génial !" Désolée, j'ai beau aimer être célibataire mais quand je le suis, s'il y a bien une chose qui me manque, c'est de m'endormir et me réveiller dans le bras de l'être aimé. Un grand lit, c'est bien, te serrer contre ton chéri dans ce grand lit, être toute blottie contre lui, c'est mieux ! Puis, la couverture, je lui donne volontiers moi, dans un lit ma température corporelle se rapprocherait d'un four cuisant des muffins. Quant aux ronflements, what the fluck ? J'ai jamais eu de copain qui ronflaient, JAMAIS ! Ah si, ça arrive à tout le monde... Quand on a trop bu.

-"Tu peux t'habiller et te maquiller comme tu veux, personne te fera chier si t'as envie de te mettre en mini jupe, de te faire des yeux de biche et te mettre du rouge à lèvres rouge. Tu peux être sexy sans qu'on te le reproche !" T'es abonnée aux tyrans ? Perso, mes copains ont toujours aimé que je m'habille de manière sexy, ils m'aimaient avec et sans maquillage, ils étaient au contraire, plutôt contents quand on me regardait parce que c'était pour eux une fierté. 

-"Tu peux manger comme tu veux, si un soir, t'as envie de te goinfrer de chips et de coca devant la TV, personne pour te demander 'On mange quoiiiiii ce soir ?'". Alors, sache que j'aime bien me goinfrer avec mes copains aussi mais surtout, j'adore cuisiner des petits plats à mon chéri, j'aime quand il rentre, sent cette bonne odeur et qu'il se demande ce que j'ai préparé (ce qui est plus drôle c'est quand ça sent bon et que c'est bien dégueulasse en fait). Puis, la plupart de mes ex cuisinaient dont un qui cuisinait presque mieux que moi ! (l'ex presque parfait)

-"Personne pour faire des remarques sur ton poids, t'as plus à faire attention à ta ligne." Euh, si j'ai envie d'être bonne, c'est pour moi avant tout hein puis bon, quand t'as un copain, c'est la moindre des choses de ne pas se laisser aller, j'aime plaire à mon copain.
Bref, laissez-nous tranquilles, nous, pauvres célibataires !


Aujourd'hui, c'était "Vis ma vie de victime" en direct de Plug in Paris !
Rendez-vous sur Hellocoton !

mercredi 2 octobre 2013

Aimer le sexe...

Sans passer pour la salope de service, c'est possible ?

Weezer - Tired of sex


Récemment, j'ai remarqué qu'on me prenait souvent pour une Marie-couche-toi-là. Ouis, je sais, je suis un peu longue à la détente, j'ai mis du temps à m'en rendre compte mais vaut mieux tard que jamais n'est-ce pas ?

L'autre jour, je discutais avec Siandre, on parlait d'un gars qui me plaisait, puis elle m'a dit "Lumi, surtout, ne lui donne pas ton cul tout de suite, sois toi-même et ne te prends pas la tête mais ne couche pas avec tout de suite" (bon, ok, elle a dit de pas baiser, j'ai voulu rester polie mais j'y arrive pas).
Je me suis demandé si j'avais cette image de prostipute (pas les filles de joies hein, juste celles qui font ça mais gratuitement, qui au final, ne sont pas vraiment des prostiputes, puis, de toutes les manières, ce mot n'existe même pas ! Lumi et les joies des remarques qui ne servent strictement à rien...).

En général, je ne fais pas trop attendre mes copains, je passe à la casserole assez rapidement, c'est simple, j'en ai envie, je le fais et je n'ai jamais eu de problème avec ça. Jamais je ne me suis demandé "Est-ce qu'il va me quitter après avoir couché avec moi ?", en même temps, c'est peut-être juste de la naïveté mais jusque là, j'ai toujours eu de la chance et aucun ne m'a jetée comme une vieille chaussette pourrie (ça pourrit une chaussette ?). L'adopté, c'est autre chose, il n'a jamais voulu autre chose que du cul. Parce que je reste persuadée qu'un homme avec qui tu couches le premier soir ou 3 mois plus tard, s'il est vraiment intéressé par toi, il restera.

Bref, du coup, j'ai commencé à me poser des questions, ma mésaventure avec l'autre queutard d'adopté, le psycho qui pensait me sauter le premier soir en ne me connaissant ni d'Eve, ni d'Adam, des potes qui essaient de voir si y a moyen de moyenner juste pour du cul, bref, j'en passe...
Le sexe, est pour moi, l'une des meilleures choses au monde. Quand je suis au lit avec un homme qui me plaît, je ne peux pas m'empêcher de succomber, c'est plus fort que moi, une partie de jambes en l'air inattendue dans la journée, qui refuse ça ? Et le sexe matinal, quoi de mieux pour bien commencer la journée ? Bref, vous l'aurez compris, le sexe, j'aime ça, j'adore ça. Mais qui n'aime pas le sexe ?
Vous avez déjà vu quelqu'un vous dire "Le sexe ? Aaaah, non, c'est pas mon truc, je laisse ça aux autres !" ? Bon sang, tout le monde aime le sexe (enfin, il y a quand même des exceptions rares).

Je suis une personne qui aime parler de sexe, j'aime partager mes expériences, j'aime quand mes amis me racontent leurs nuits de folies, quand Jeannette me raconte qu'elle était au 7ème ciel la nuit dernière, que Jean-Bertrand sait la faire grimper aux rideaux comme personne, j'aime quand mon petit Babylove me raconte qu'il a été forcé de coucher avec Pauline la moche parce qu'il se retrouverait à la rue s'il ne le faisait pas, j'aime avoir des détails, j'aime être étonnée, choquée et amusée de toutes ces histoires. Je suis curieuse, j'aime poser beaucoup de question à mes amis, à mes connaissances, à des inconnus dans la rue, à tout le monde ! (Sauf à ma mère).
En couple, j'aime savoir ce qui plait ou déplaît à mon partenaire, c'est bien en parlant de ces choses que l'on s'améliore non ? C'est bien de cette manière que l'on arrive enfin à être en symbiose parfaite avec notre partenaire sexuel ! L'écoute, le partage, les efforts, les progrès, tout commence par la communication.
Je suis une fille femme qui parle très facilement de sexe car c'est pour moi une chose naturelle. J'ai droit à des "perverse", "cochonne", "coquinesmot que j'adore tiens... Ça fait un peu "Ooooh, t'aimes ça coquine hein ? Tu la sens ma virilité ?" (et encore, je me censure) mais ce qui revient le plus souvent c'est "Nymphomane", je sais bien que c'est de l'humour (mais ça me fait moyennement rire et Dieu sait que je ris facilement, attention, ne me sortez pas "Femme qui rit..."), je ne suis bien heureusement pas atteinte de cette pathologie ! Ce mot est tellement galvaudé...

Mesdames et Messieurs, juste pour info, les femmes qui aiment parler de sexe ne sont pas forcément des grosses cochonnes qui pensent au cul H24, alors ne prenez pas ça pour une ouverture, ne pensez pas non plus qu'elles se tapent tout ce qui bouge, ce n'est pas le cas !

Aujourd'hui, c'était "Vis ma vie de victime" en direct de Plug in Paris !
Rendez-vous sur Hellocoton !

mardi 1 octobre 2013

Je n'aurais pas dû...


Archive - Goodbye
You're my sweetest goodbye
I know I'm gonna look so so so so bad...

Nous faisons tous des erreurs, des erreurs que l'on regrette, des erreurs qui restent surmontables, des erreurs qui s'avèrent être positives au final, bref, tout type d'erreurs... Aujourd'hui, je vais vous parler d'une erreur que je regrette amèrement. Je vous avouerai que je ne suis pas au meilleur de ma forme en ce moment.

Dimanche, je me suis dirigée dans la salle de bain, je n'étais pas sûre de ce que je faisais, je savais que ce n'était pas forcément la meilleure des choses à faire. mais j'ai fini par faire ce que j'avais à faire. Je me suis lavé les mains, j'ai vu cette eau rouge couler dans mon lavabo, j'ai frotté fort, j'ai nettoyé la moindre goutte.

Ce jour là, j'ai fait une grosse erreur, fidèle à moi-même, je n'ai pas réfléchi, j'ai agi sur un coup de tête... Je me suis longuement regardée dans la glace, j'ai tourné les talons et je me suis posée sur le canapé, j'ai traîné sur les réseaux sociaux, j'ai écouté de la musique, j'ai titillé le manche de ma guitare puis j'ai pris ma télécommande, j'ai zappé sans vraiment regarder les chaînes défiler... Non, rien n'y faisait, je n'arrivais pas à me concentrer, je ne pensais qu'à ça, c'était obsessionnel.
Quand j'ai fait cette erreur, je me suis dit que ce n'étais pas si grave, je ne pensais pas que cela m'affecterait autant.

Bref, la journée est passée, plus ça allait, plus le sentiment de culpabilité se faisait ressentir : "Mais qu'est-ce que j'ai fait ? J'aurais pas dû...". Le soir, on était chacune sur nos PC avec ma soeur, je l'ai regardée, je lui ai dit : "Tu préférais mes cheveux avant ou maintenant ?".

J'ai recouvert mon merveilleux tie & dye, je l'ai recouvert d'un rouge qui n'est même pas celui que je voulais, c'est, enfin, c'était MON tie & dye, celui que tout le monde complimentait, c'était ma fierté, je me la pétais quand on me disait que le coiffeur l'avait trop bien fait "Ah non, c'est moi qui l'ai fait."...
Bref, dimanche, j'ai merdé.

Je t'aimais crinière de feu, je t'aimais ombre hair, tu me manques mais on se retrouve très bientôt, du moins, je l'espère.

Mes anciens cheveux, ceux qui me manquent tant :


Mes nouveaux cheveux, que j'aime malgré tout :


Rendez-vous sur Hellocoton !