dimanche 27 octobre 2013

La jalousie, ce vilain défaut.

Des défauts, j'en ai des tonnes mais merci mon Dieu, la jalousie n'en fait pas partie ! C'est pour moi, un des pires qu'il puisse exister que ce soit pour les personnes qui subissent ou celles qui la vivent.

John Lennon - Jealous guy
"I was swallowing my pain
I didn't mean to hurt you
I'm just a jealous guy"

Je vous mentirais si je vous disais que je n'ai jamais été jalouse, ça m'est arrivé quand l'ex de F. (mon ex presque parfait) lui envoyait des mails pour lui dire qu'il lui manquait, qu'elle voulait être près de lui et qu'elle voulait venir à Paris pour le voir (elle était grecque), je crois que cette fille a perdu toute crédibilité à mes yeux quand elle a commencé à envoyer des photos d'elle en sous vêtements. Au final, elle me faisait juste penser à une fille paumée qui courait après l'inaccessible (story of my life), j'éprouvais pour elle de la pitié, presque de la compassion.
On a beau dire que c'est une question de confiance en soi, l'assurance et moi, ça a toujours fait deux, la confiance que j'avais en lui a effacé toute jalousie que je pouvais ressentir. Le fait que F. me parle de ces mails, le fait de ne pas devoir fouiner ou gratter pour tomber sur ce genre de mauvaise surprise, ça paraît anodin mais ça y jouait beaucoup. Je me sentais en sécurité avec lui, je ne le voyais pas me trahir. L'attitude de l'autre reste très importante dans cette histoire de confiance.
Beaucoup prenaient cette confiance aveugle pour de l'inconscience, de la naïveté. J'ai eu droit à des : "Mais comment tu peux être sûre et certaine qu'il ne va pas voir ailleurs et qu'il ne le fera jamais ?", moi, ce que je pense quand on me pose ce genre de questions ? : "Euuuh, comment, toi, tu peux être aussi défaitiste ? Pourquoi est-ce que je devrais m'encombrer de mauvaises pensées alors que je n'ai aucune raison de le faire ?", à la place, je réponds : "Bah, j'ai confiance, c'est tout, tant pis si je me trompe.". Je n'ai d'ailleurs jamais compris cet acharnement, à quoi ça sert de mettre le doute à quelqu'un qui a confiance en son copain alors qu'il n'y a aucune raison de le faire ? Comme ça, gratuitement ? Limite, si j'avais raconté des choses suspectes ou quoi mais non... Je me souviens de mes collègues qui me parlaient assez souvent de mon copain et me posaient 36 000 questions sur lui. M'enfin, je lui ai toujours fait confiance et je reste persuadée aujourd'hui que je n'avais pas tort.
Je ne pense pas être spécialement naïve ou faire confiance trop facilement, je préfère croire et espérer qu'il reste des personnes à qui on peut faire confiance aveuglément. Même si elles se font rares...

Je déteste l'idée de fouiller, checker le portable, les mails, le compte Facebook de l'autre. Je l'ai pourtant fait et j'ai trouvé ça horrible, vraiment, c'était détestable.
Je n'avais pas spécialement de raisons pour ne pas faire confiance à N. mais c'était plus fort que moi, comme très souvent, la jalousie est irrationnelle. Un jour, j'ai fouillé dans ses archives MSN, je suis tombée sur des discussions avec la fille pour laquelle il craquait avant de se mettre avec moi, rien de bien folichon, je voyais juste que lui, courait après et qu'elle, le voyait clairement comme un pote mais un pote qui flatte son ego ! Il n'avait jamais eu de copine sérieuse avant moi et ça me travaillait énormément. Je lui ai dit que j'avais fouillé quand il est rentré, j'avais très très honte et je ne pouvais pas le cacher. Pas parce que ce n'est pas correct, non non, juste parce que je sais que je n'aurais pas eu la conscience tranquille si je ne le faisais pas, fouineuse et égoïste, bien !
Il m'a pardonné, je lui ai promis de ne plus jamais le faire blablabla, on a été séparés pendant 3 mois puis je l'ai rejoint à Montréal. C'était tout beau, tout rose, il a pleuré quand il m'a vue à l'aéroport alors que moi, j'avais la tête dans les nuages parce que j'avais vu AaRON à ce même aéroport (j'ai une chance de taré avec ce groupe !).
Bref, les 6 premiers mois se sont bien passés puis on a rencontré une petite française au boulot, petite nouvelle qui faisait clairement du rentre-dedans à N. Elle avait un copain depuis 3 ans, elle était tellement désagréable avec lui, je le plaignais, cette fille était bizarrement et excessivement jalouse !
Elle avait fait une crise à son copain parce qu'en quittant le boulot, il avait dit "Bonne soirée !" à sa collègue en lui souriant... Bah, tu veux qu'il fasse quoi ? Qu'il lui dise "Bonne soirée !" tout en faisant un fuck ? Bref, pas du tout gonflée la fille, elle faisait des crises pour rien à son copain mais draguait le mien sans problème, elle avait peut-être tout simplement peur qu'il agisse comme elle ?
On passait souvent des soirées tous les trois, N., A. et moi... Je me sentais invisible, il avait toutes ces petites attentions pour elle qu'il n'avait jamais pour moi. Je me souviens de cette soirée où j'ai pété un câble, je lui ai demandé de me couper une tranche de saucisson, j'ai eu droit à un beau "Pffffffffff", la gueule de con qui va avec... Alors, sachant qu'il n'arrêtait pas d'en couper pour A. depuis le début de la soirée, j'avais juste envie de lui foutre 3 voire 15 000 tartes. On s'est au final, embrouillé parce que je lui ai mal parlé plus tard dans la soirée, verre et bouteille de rouge à la main, je me suis cassée, dans la chambre. Tant qu'à faire, autant les laisser en amoureux tous les deux non ? A. est venue me voir, elle a essayé de me calmer, rien n'y faisait, l'attitude de N. n'était pas acceptable. On va passer les détails sur les avances auxquelles j'ai eu droit hein... Elle était apparemment bi, draguer le copain ne suffisait pas ? Elle est repartie chez elle, N. et moi ne nous sommes pas calculé du week-end, folklo !

Je ne pensais pas que ça pouvait être pire... Naïve que j'étaiiiis ! Un jour, en arrivant au travail, A. a décidé de faire la gueule à N. euh, bah, ouais, ok... S'tu veux. Je voyais que ça le tracassait, je lui ai dit qu'il me saoulait, que si elle avait envie de faire la gueule, qu'elle fasse la gueule à son copain, pas au mien. Il voulait absolument savoir pourquoi elle était comme ça avec lui, ça le blessait je pense. Il était inquièt parce que (je cite) "c'était son amie", bah ouais, tu la connais depuis deux semaines mais c'est ton amie, narmol. Je lui ai tout simplement dit qu'elle avait envie de plus avec lui et qu'elle avait du mal à le cacher.
Je suis partie en pause, en revenant, vu l'ambiance que ça foutait, j'ai demandé à A. ce qui n'allait pas, que N. s'inquiétait, elle m'a dit que ça ne le concernait pas, que c'était perso (mais c'est à lui qu'elle faisait la gueule, logique !), très énervée, je lui ai dit : "Bon, si c'est pas N. le problème, est-ce que tu peux lui dire ? Qu'il arrête de me faire chier une bonne fois pour toute ?", "Non mais il est déjà venu me parler pendant que t'étais en pause, t'inquiète pas." Hum, ça commençait déjà à bien monter... Je suis donc allée voir mon cher et tendre en lui disant "T'es allé parler à A. ?", "Non, pas du tout !", "T'es sûr ?", "Bah non, je lui ai pas parlé !", ça me rendait folle, il me mentait sans aucune gêne, "Tu me mens pas là ? Tu me prends pas pour une conne ?", "Bah non, je suis vraiment pas allé lui parler !" je n'ai pas pu m'empêcher, un bon gros "Ta gueule !" est sorti (bah ouaiiiis, je suis très gentille mais quand on me prend pour une conne, j'ai vraiment beaucoup de mal à garder mon calme), suivi d'un "C'est fini, ne m'adresse plus jamais la parole.". Bon, on habitait et bossait ensemble, ç'aurait été un tout petit peu difficile ! On a eu une sale période, on a arrêté de fréquenter A. puis on a déménagé, nouvel appart', nouvelle vie, on a sauvagement fait l'amour dans la cuisine le premier jour d'ailleurs  ça allait mieux mais la confiance n'était malheureusement pas présente. La petite blonde (ouaiiis, quand y en a plus, y en a encore !) qui le dragouillait n'aidait en rien, c'était reparti pour un tour, notre vie de couple était pourrie. Je passais mon temps à déprimer, je me faisais du mal, j'avais envie de me détruire, vraiment.
Après une énième dispute, je suis allée fouiller encore une fois dans ses archives et je suis tombée sur une superbe phrase dite à un pote : "Elle me fait chier et franchement, la fidélité dans un couple, j'y crois pas !" mais c'est charmaaaant ! Encore une fois, je n'ai pas pu le cacher, son excuse : "Mais j'étais énervé, on venait de se disputer, je le pensais pas !", à d'autres. Faible comme je suis, je n'ai pas réussi à le quitter, c'est plus fort que moi, je préfère souffrir et rester avec quelqu'un pour qui j'ai encore des sentiments.
La séparation a eu lieu lors de notre retour en France, je vais vous épargner les détails. Aujourd'hui, N. me reproche encore d'être une fille jalouse, j'ai beau lui répéter que je ne suis pas de nature jalouse, que je n'avais tout simplement pas confiance en lui et que je pense encore qu'il aurait pu me tromper à l'époque. Il m'assure que non, je suis persuadée du contraire et rien n'y fait, je ne faisais et ne fais pas confiance à N. à ce niveau.
Cette histoire a duré 2 ans, je pense que j'ai passé plus d'un an à souffrir, parce que cette relation n'était pas saine, parce qu'on passait notre temps à se disputer, se quitter, se remettre ensemble, se réconcilier , se voiler la face et se faire des promesses qu'on ne pouvait pas tenir. Je ne contrôlais pas ma jalousie, le manque de confiance que je ressentais était trop important, je ne me reconnaissais pas. Le sentiment de jalousie pompe ta propre énergie et celle de ton partenaire jusqu'à épuisement, c'est là qu'on ne se supporte plus. Je conseille donc, gentiment et tout simplement à vous, personnes jalouses, de faire part d'un peu plus de générosité et partager votre partenaire ! Bon, plus sérieusement, je n'ai pas de conseil à donner mais, la vie sans jalousie, c'est quand même plus agréable et surtout moins prise de tête ! Parole d'une fille qui a été jalouse une fois dans sa vie.

Les gens sont très souvent étonnés quand je leur dis que je ne suis pas jalouse, "Toi ? Pas jalouse ? Mais geeeenre !" *Pichenette dans ta tête*. Bah ouais, on a tendance à penser que les personnes au fort caractère sont automatiquement des personnes jalouses, je vous le certifie, ce n'est pas le cas ! Désolée de vous décevoir, je n'ai pas tous les défauts d'une chieuse ;)
En tout cas, ça marche dans les deux sens, un homme jaloux va m'agacer au plus haut point, B. m'a fait une crise de jalousie alors que ça faisait seulement... Quelques heures qu'on était "vraiment" ensemble ! Je peux vous dire que ce soir là, quand Aka m'a proposé de dormir avec lui quand B. est parti faire la gueule parce que j'avais léché le doigt d'un pote alors qu'on jouait à "Action ou vérité ?", j'avais bien envie d'accepter ! Puis le lendemain, j'ai eu droit à "Fait chier, je suis jaloux, je sais que c'est pas bien mais il arrête pas de nous regarder du coin de l'oeil et vous êtes toujours ensemble. Je sais que je devrais pas mais bon..." en me parlant d'un autre pote. Je lui ai calmement expliqué que ça n'allait pas le faire, que si je ne peux pas être moi-même, ça allait pas être possible, surtout que je ne suis pas non plus collée à mes potes et qu'on a pas de gestes déplacés. Juste de la complicité, simple et pure complicité.
Que mon copain soit un toooout petit peu jaloux de temps en temps, pour des petits trucs sans grande importance, c'est toujours plaisant mais la vraie jalousie, la malsaine, je passe mon tour !

Ah oui, un dernier truc, quand on trouve une autre fille moche, chiante ou tout simplement conne, n'en déduisez pas automatiquement que c'est de la jalousie, il n'y a rien de plus agaçant que cette petite phrase : "Tu dis ça parce que t'es jalouse !" ce à quoi je réponds très souvent : "C'est pas de la jalousie, j'aime pas sa gueule, c'est tout ! Si tu me parles de Natalie Portman ou Megan Fox, là, je veux bien, je suis jalouse sans problème !".

Et voilàààà, je vous ai pondu un bon gros pavé avec du 100% racontage de vie, ça vous fait un peu de lecture pour ce dimanche ensoleillé :)

Rendez-vous sur Hellocoton !

7 commentaires:

  1. En lisant ton article, je me rends tout bonnement compte d'une chose : c'est marrant parfois la tendance que peuvent avoir les gens à reprocher certaines attitudes alors qu'ils font bien pire (dans ton cas, ton ex draguait ouvertement Georgette et se comportait clairement mal vis à vis de toi, cela dit, ça ne l'a pas empêché de te donner "le mauvais rôle" de la nana casses burnes et jalouse alors que on attitude était parfaitement justifier selon ton histoire). Finalement, c'est tellement plus simple de se concentrer sur les moindre petits défauts des autres afin de ne pas regarder les siens, sans chercher à comprendre. J'ai tout de même, par expérience, remarqué que lorsque les sentiments ne sont plus, la moindre petite chose que fait l'autre peut nous horripiler. En bref, les joies des comportements humains !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah mais oui, je suis la première à critiquer et faire pire mais j'avoue que là, j'étais vraiment à bout, j'avais l'impression d'être la grosse psychopathe jalouse pour rien et qui se faisait des films... Et c'est clair, quand il n'y a plus de sentiments, les tout petits défauts deviennent insupportables :D
      Merci ton com' ! :)

      Supprimer
  2. Désolée pour ce petit commentaire. o/
    Je ne vois pas ce que je peux dire de plus, comme tu me connais bien, tu sais à quel point je le suis (jalouse).
    CŒUR VIDE BIATCH. ♡

    RépondreSupprimer
  3. Aurais tu un message à faire passer,ma Lulu?????

    RépondreSupprimer