jeudi 29 novembre 2012

Je suis guérie de l'amour de ma vie



 
Dire Straits - Brothers in arms


Des ex, j'en ai quelques uns, pas beaucoup mais quelques uns... Lui sortait du lot, c'est la personne que j'ai le plus aimé dans ma vie, la personne pour qui j'aurais fait n'importe quoi, c'était pour moi l'homme de ma vie. Je pensais ne jamais l'oublier, je pensais que toute ma vie j'aurais des sentiments pour lui.

Je l'ai revu hier après le boulot (merci à lui, pour une fois je partais à l'heure, pas d'heure sup' dans le vent ;)), il avait une petite demie-heure à me consacrer, il est overbooké, je peux pas lui en vouloir. C'est la première fois que je le revoyais depuis mmmm 5 ans il me semble.
Il était toujours aussi beau du haut de son mètre 88.
Je pensais qu'il n'aurait plus de cheveux, une gueule de déterré et les mains abîmées à cause du stress.
Pourquoi ? Parce que cet homme est drogué, c'est un drogué du travail, il vit pour le travail.


J'ai beaucoup de mal à concevoir que l'on puisse être heureux en vivant cette vie, il n'est pas malheureux mais est ce qu'il est heureux ?
Est ce qu'on vit pour "ne pas être malheureux" ? Je sais qu'on a tous notre vision des choses mais comment est ce qu'on peut vivre en se privant de tous ces petits bonheurs de la vie ?
On nous a toujours répété que l'argent ne faisait pas le bonheur, j'étais la première à en rire... Aujourd'hui, je comprends. A quoi ça sert d'avoir tout cet argent si on ne profite pas de la vie ?
Son but est de "réussir" dans la vie et pour réussir, il faut faire des sacrifices, énormément de sacrifices, lui a choisi de sacrifier les plaisirs de la vie. Est ce que ça en vaut la peine ? Pour lui, oui.

Après ça, je me dis que qu'heureusement, cette histoire n'a duré "que" 2 ans, je m'étais tellement donnée dans cette relation, j'y ai mis tout mon coeur, toute mon âme... Je voyais en lui l'homme de ma vie, quoi de plus logique ?
Je pensais vraiment que ce "délire" de vivre pour travailler, ça allait lui passer. Non, c'est pire... C'est un choix de vie, son choix de vie, j'ai très mal vécu son manque de présence (et pourtant il en a sacrifié du temps pour moi...), je ne parle pas de sa présence physique, il était là, sur son PC, au téléphone, perdu dans ses pensées, rongé par le travail. Je l'admirais, il excellait dans tout ce qu'il entreprenait mais ça le bouffait. Il avait 24/25 ans (?) à l'époque , j'ai vraiment pensé qu'avec le temps, sa vision changerait... 8 ans après, il vit pour sa carrière, 8 ans après je plains sa femme qui doit attendre que son mari ait un peu de temps pour avoir des enfants, 8 ans après, je ne regrette plus notre séparation. J'espère vraiment pour eux que ce choix de vie leur suffit, ils sont peut-être même heureux comme ça ?

Je suis admirative de cet homme, il est bon, il est intelligent, il est courageux, il a tout pour plaire. Je me dis juste que je n'aurais jamais pu vivre cette vie avec lui.

Petit HS : En le revoyant hier, je me suis remise en question, je me demande comment j'ai pu tomber aussi bas avec Léandre, oui Léandre, j'en ai marre de l'appeler L. Il ne lui arrive pas à la cheville (ouais bon, il fait 1m90 mais bon mahahaha), je dirais même que c'est un bel enculé et je reste polie. 
Une amie m'a dit "d'habitude on a besoin d'un homme pour oublier son ex, toi c'est le contraire", moi qui ne crois pas au hasard, je suis plus qu'heureuse d'avoir revu F. ce jour là. 
Je pense que j'aurais pu rester des mois dans cette situation où je cours après ce gamin prétentieux/se voulant arrogant/imbu de sa personne qui n'en vaut clairement pas la peine.

Aujourd'hui, je ne regrette plus mon ex, je suis guérie de l'amour de ma vie.

(Pas taper Kitchouka, je t'avais prévenu ;))

mardi 27 novembre 2012

Mais c'est quoi ces fumeurs ?!



M. Bungle - Pink Cigarette (j'adore #keur, en même temps, quand je mets une chanson, c'est que je l'adore...)

Il y a peu de temps, j'ai constaté que BEAUCOUP de fumeurs taxaient BEAUCOUP trop de cigarettes.
Ca ne me dérangeait pas trop jusque là, j'ai fumé puis j'ai arrêté pendant deux ans et j'ai recommencé depuis peu. 
Là, je me suis dit "Oh putain, j'avais oublié à quel point c'était chiant de se faire taxer...".
On a pas mal de fumeurs dans la boîte où je travaille, je les vois toujours se taxer entre eux, quand je dis toujours, c'est pas une cigarette de temps en temps, c'est limite tous les jours plusieurs cigarettes, même le patron le fait quoi !

Mais merde, quand on fume, on assume et on s'achète ses clopes non ? Enfin perso, c'est ce que je fais... J'ai jamais compris comment on pouvait taxer autant, sans gêne aucune. Je réclame jamais dans la rue et quand je réclame à une amie, c'est vraiment que je suis dans la merde et que je SAIS que je vais lui rendre. 

Un jour, j'étais super stressée et pas de clopes sur moi, j'ai donc demandé 3 cigarettes à une collègue, je savais que j'allais lui rendre... Le problème, c'est que quelques jours plus tard, je lui ai effectivement rendu ses cigarettes et dans la même journée, elle m'en a taxé 6... Elle en fumait une, tout de suite après "je peux t'en reprendre une ?". J'oserais jamais.
Les jours qui ont suivi, c'était limite une habitude. 

Je vous explique la situation. Cette collègue est friquée comme pas possible, elle a tout ce qu'elle veut, H&M, Etam, Zara etc elle ne connaît pas. Je suis très copine avec elle, elle sait que j'ai fait un prêt de 1500€ récemment, je lui ai donc expliqué la situation (qu'elle connaît déjà), que je pouvais pas me permettre de donner autant de cigarettes parce que je galérais déjà pas mal et que les cigarettes, bah... C'est pas donné, je ne vous apprends rien. Puis bon, une fille qui à 3000€ d'argent de poche par mois, désolée, j'ai beaucoup de mal. 
Quand je lui ai expliqué que je comprenais pas tous ces gens qui taxaient, elle a essayé de m'expliquer qu'on pouvait ne pas avoir eu le temps de passer au bureau de tabac. Oui je veux bien... Mais tous les jours ? Puis je lui ai dit qu'y avait les cartouches, sa réponse "Bah non, une cartouche ça va pas !"... Bah non, ça va pas, autant taxer, ça fait des économies !
Je me suis dit qu'elle avait compris mais non... Elle a continué à m'en demander mais moins. Je lui ai expliqué à nouveau en précisant que ce n'était pas de la radinerie mais je ne sais pas dire non, je n'aime pas dire non... Quand on me dit "Allez la dernière", je cède.

Ce soir en rentrant, elle m'a demandé une cigarette, j'ai répondu très sèchement sans réfléchir "NON", j'ai vu qu'elle était très vexée, d'ailleurs elle s'en est pas caché vu qu'elle a fait une remarque du genre "Ah ouais ok !" (traduction : "Ah ouais OK, je retiens, crevarde). Mais je rêve, ça va être de ma faute maintenant ? 

Bref, j'en ai marre de ces gens qui taxent toujours des cigarettes dans la rue, au travail, en soirée. Vous voulez fumer, achetez vos propres paquets, ça doit pas être si dur que ça, j'y arrive !

jeudi 22 novembre 2012

Les hommes, lâches et égoïstes ?



Wild world, final de la première saison de Skins 
Attention, ne pas regarder pour les personnes qui n'ont jamais vu la série et qui comptent le faire :)

Aaaah préjugés... Oui, je suis pleine de préjugés, j'y peux rien ! En même temps, de ce que je vis, de ce que je vois, je ne peux pas m'en empêcher.

Tous les hommes ne sont pas lâches et égoïstes mais quand une histoire se passe mal, quand on se parle entre amies, entre blogueuses ou autre, ce sont toujours les deux gros défauts qu'on leur reproche.

Quelques exemples qui me font penser que les hommes sont lâches et égoïstes (je me répète, pas TOUS les hommes, ne me jetez pas des cailloux dans la tête S.V.P. j'veux rester bonne un peu) :

Aucun de mes ex n'a été capable de me larguer directement, de me dire "Lumi, ça ne va plus, je pense qu'on ne peut pas continuer comme ça".
C'est toujours moi qui leur ai tiré les vers du nez, tu vois que la personne s'éloigne, tu sais, tu sens qu'elle ne t'aime plus, tu te voiles la face... Tu pètes un câble, ça te fait mal, tu l'aimes mais tu ne veux pas le quitter, tu attends qu'il le fasse... Il ne le fait pas, les semaines passent, les mois... Tu sais que c'est fini, tu ne veux pas que ça se finisse, tu essaies de te convaincre que ça va s'arranger, il ne t'aime plus, fais toi une raison. Que je déteste mon coeur quand il prend le contrôle.

Un jour, tu ne tiens plus, tu lui parles, là, vient la discussion interminable, tu attends qu'il te le dise, qu'il te dise "je te quitte", il ne le fait pas.
Après des heures de discussion, TU lui dis, "tu veux me quitter ? Fais le.", il est lâche, il n'ose pas. Les larmes commencent à monter, ton regard se brouille, tu le regardes dans les yeux, tu ne veux pas entendre sa réponse... "Est ce que tu veux me quitter ? DIS LE MOI !", il  baisse la tête, te répond timidement, pas de vive voix, il hoche la tête. C'est fini.

Les larmes coulent à flot, tu es énervée, en colère, tu l'aimes, tu le détestes, tu veux qu'il te prenne dans ses bras pour te consoler, tu veux le frapper de toutes tes forces, tu ne veux plus jamais le revoir.
Il te prend dans ses bras, tu t'y sens bien mais retour à la réalité, il vient de te quitter, tu le repousses, tu lui demandes pourquoi il a mis autant de temps à te le dire, pourquoi est ce qu'il t'a laissée dans cette situation, pourquoi est ce qu'il a été aussi lâche ?! Pourquoi est ce qu'il continuait à te dire qu'il t'aimait ? "Je sais pas..."


Oh y a l'ex qui m'a larguée en me raccompagnant à la gare de Brest...
Deux minutes avant de partir, j'étais assise, il me regardait avec un air tout gêné, j'ai donc entamé la conversation, les yeux remplis de haine "Quoi, tu veux me quitter ? C'est ça ?", "Je peux plus" (Noooon jure),  connard, tu me disais il y a trois jours que tu m'aimais et là, ça te prend comme une envie de pisser ? "bon je te laisse, faut que j'aille en coursOui, dégage avant que je pète un câble oui... La suite serait longue et pitoyable à raconter.


Y a aussi eu celui qui, 5 jours avant de partir en Thaïlande (pour 5 mois) a fait le mort, il ne répondait plus au téléphone, la veille de son départ, il m'a enfin appelée, il ne voulait pas me voir, non il n'avait pas le temps (il habitait à 3 minutes de chez moi), il m'a dit au téléphone "Je t'aime plus", il m'avait dit "je t'aime" 10 jours avant... quoiiiii mais je suis abonnée à ce type d'hommes ou quoi ?!
J'ai demandé à ma soeur et nos amis en commun de ne plus me parler de lui. Je sentais qu'il s'était passé quelque chose, plusieurs mois après, j'ai demandé à ma soeur et un ami de me dire ce qu'ils savaient, il avait rencontré une autre 5 jours avant son départ.

Je ne vous parle que de mon vécu sinon ce serait très trèèèèèès long.
Ils sont incapables de dire les choses, ils ne veulent pas faire souffrir l'autre, on pourrait se dire qu'ils sont gentils, bah oui c'est gentil de pas vouloir blesser quelqu'un non ? Non, c'est purement égoïste, ils préfèrent laisser traîner les choses, se taire, ne pas agir plutôt que d'assumer. Ah parce qu'ils pensent qu'on ne souffre pas quand ils nous laissent dans le "flou" ?
Ils n'ont juste pas envie de se sentir coupable du mal qu'ils nous font, , bah écoute coco, c'est la vie tu m'aimes plus, tu me le dis, je chiale un coup et basta (ouais, non, en fait je chiale pendant des mois et je reste sous ma couette à écouter des chansons à se tirer une balle mais bon...).

Est ce que j'ai envie de m'attarder sur le fait que chacun de mes ex couchait encore avec moi après notre rupture et ce pendant de longues périodes où j'espérais qu'il me revienne ? Non, je dirais juste : Egoïsme. Il a beau te dire "On couche ensemble mais c'est fini hein" Raaaaah, ne sois pas plus con que tu ne l'es déjà, quoique tu dises, si tu couches encore avec ton ex elle va espérer !

Ah oui, puis y a celui qui te sort : "tu seras toujours importante pour moi" (le gars limite il me met "cordialement" à la fin des mails maintenant), ou l'autre  qui te dit que oui bien sûr, on va rester amis, CONNERIES, toi tu y crois bêtement mais c'est juste qu'ils ont besoin de se donner bonne conscience.

Bon pour L., je pourrais écrire un roman, c'est le parfait égoïste... Il préfère m'avoir à ses pieds que de me dire clairement "Je ne veux pas de toi". C'est toujours mieux de se sentir désiré après tout...

Bref, je le répète (oui encore !), je ne dis pas que TOUS les hommes le sont, c'est juste un constat. Je ne suis pas aigrie, je connais des hommes biens, et même qu'ils sont pas lâches et égoïstes, si si je vous jure ! Puis je critique mes ex mais je reste amie (pour de vrai et tout) avec certains.
Je suis pas super clean non plus, j'ai largué un de mes ex par SMS (Bouuuuh, vous pouvez me jeter des cailloux, je le mérite, juste pas dans la tête sivoupliz)

Homme de ma vie, tu ne seras point égoïste, tu ne seras point lâche, tu me feras même la cuisine et des massages tiens !




mercredi 21 novembre 2012

Archive (Zénith, 17.11.12)


Bon bah, ça sera très court, juste quelques photos, j'ai galéré pour avoir de bonnes photos, le compact de ma mère fait des photos bien mieux...

Comme je vous l'ai répété 36 000 fois, je suis allée voir Archive, un groupe que j'adore du plus profond de mon coeur. Boulet que je suis, j'y suis allée assez tard en pensant que la première partie durerait longtemps, j'ai bien sûr raté Again et Fuck U que je voulais absolument voir...
Avec mes talons, j'a galéré pour arriver à la salle (ils font chier avec leurs pavés !), arrivée dans la salle je me suis faufilée au premier rang en deux temps trois mouvements, personne n'a râlé, limite avec le sourire ! Bon avec mon mètre 53, c'était pas trop grave pour eux.


Bref, je suis nulle pour raconter les concerts alors voici les photos et deux vidéos :)

Again


Fuck U
Ce ne sont pas mes vidéos, je préviens.









Celle là, je vous la mets juste pour la petite binouse



Là, je rentrais toute dégoûtée d'avoir raté une grosse partie du concert et frustrée par L. (petite piqûre de rappel, c'est par là qu'on clique !) x)

mardi 20 novembre 2012

On est exclusifs ?


Coucou, question existentielle à 2h du mat' !

Please bleed - Ben Harper


C'est une blague ? Je pensais qu'on l'était à partir du moment où tu m'as titillé les amygdales avec ta langue et qu'on a sauvagement fait l'amour sur la table de la cuisine connard/connasse...


C'est quoi cette nouvelle "mode" ? C'est quoi ce nouveau mode de vie, je dirais même !  Maintenant quand tu fricotes avec quelqu'un faut signer un contrat pour que ton couple soit officiel ?
Je suis pourtant pas si vieille, je suis pas vieille du tout même.

A l'époque, on se tournait autour, on jouait au chat et à la souris, c'était bien, c'était bon. Le premier baiser était là pour officialiser la relation, c'était le moment qu'on attendait, le moment qu'on s'imaginait 100 000 fois dans sa tête avant de le vivre, le moment magique, les papillons dans le ventre, les feux d'artifices dans ta tête, c'était LE moment quoi !

Quand t'embrassais ENFIN l'autre c'était WAAAAAAAAAH, le coeur qui bat tellement vite qu'il pourrait s'échapper de ta poitrine, les mains qui tremblent, les joues qui rougissent, la température du corps qui monte brutalement et cette envie de le/la prendre dans tes bras et le/la serrer très très fort et ne plus jamais le/la lâcher... C'était pas la vulgaire pelle qu'on se roule après 1L de vodka dont on ne se souvient même pas le lendemain.

Aujourd'hui, tu vas au cinéma avec ta nouvelle conquête puis tu vas manger un grec, tu sors, tu lui choppes la bouche avec ton haleine 100% oignons crus, elle vient chez toi, t'as à peine le temps de lui proposer un verre que vous vous êtes sautés dessus, vous faites vos affaires, WOW c'était romantique tout ça ! (Comment ça j'exagère un peu ? Roooh)

Je ne critique pas le fait de coucher le premier soir. Je le fais.  Pourquoi je le fais ? Parce que je sais que c'est avec mon copain que je couche, pas avec un homme qui me sortira un mois après "Ah ? Tu pensais qu'on était ensemble ? Mais je t'ai jamais dit que c'était le cas". Et toi, t'es tellement sur le cul que... "Mais non pas du tout, je sais bien qu'on est pas ensemble, puis de toutes façons j'ai pas envie de me poser...", là... Tu sais que tu vas galérer et pas qu'un peu ! C'est parti pour des mois, voire des années ! Oui oui des années, j'ai connu (pas vécu) ça.

Faudrait qu'on m'explique, vraiment hein, on a déjà bien du mal à trouver chaussure à son pied, pourquoi tout compliquer ? L'amour c'est pas assez complexe ? Deux personnes qui se plaisent ne peuvent plus être automatiquement en couple quand elles sortent ensemble ?

Bien sûr, je ne parle pas des petits flirts en soirée, du coup d'un soir ou du plan cul entre deux adultes consentants, je parle bien des personnes qui se comportent comme si elles étaient en couple et qu'au final, ne se considèrent pas comme telles.
"On couche ensemble, on fait les courses ensemble, on s'amuse ensemble etc, on est pas assez intimes pour être en couple ?" Bon bah la prochaine fois que tu voudras me faire l'amour, ça sera pas possible, je fais l'amour qu'avec mon copain/ma copine. 

Je ne comprends pas, éclairez moi S.V.P ! La seule fois où j'ai demandé à quelqu'un si on était ensemble, c'était le lendemain de notre premier baiser et je trouvais ça déplacé de ma part, quand il m'a répondu "bah bien sûr qu'on est ensemble, tu veux pas ?", je me suis sentie un peu bête d'ailleurs.

Quand je me relis, on dirait une fille aigrie à qui ça arrive tout le temps, non, ça ne m'est pas encore (je prie pour ça ne m'arrive jamais) arrivé, c'est juste que j'entends/vois tellement d'histoires, tellement de "couples" en galère, de personnes qui ont du mal à savoir si elles sont en couple ou pas, de personnes qui se demandent comment "officialiser" leur couple sans brusquer l'autre... C'est pas normal, non non non, pas normal !

Oui, c'est bon... J'ai fini de me plaindre, tu veux être mon copain ?

lundi 19 novembre 2012

Et toi, tu t'habilles comment pour travailler ?



Muse - Madness (Rien à voir mais j'avais envie)


Aujourd'hui, je porte les mêmes habits que samedi soir, bouuuuh la crade, bah oui, je suis allée au concert d'Archive, je suis rentrée chez S., on a traîné tout le dimanche en pyjama puis au final je suis restée chez elle donc j'ai pas changé d'habits.

A mon grand étonnement, ce matin, mes collègues m'ont regardée, "Ouuuh sexy", "Ah bah c'est ce que j'allais dire", "Bon faut juste changer le haut et c'est parfait !". Ma tenue ? Des leggins noir, des bottes marron, un T-shirt long et mon gilet à capuche Hollister (oui c'est lui qui est tout de suite mon sex).
Bon bah moi, qui ne me prépare jamais, je suis là toute étonnée "C'est les bottes non ?", "Non c'est plus le pantalon en fait", "Ah..." (ouais c'est juste parce que ça moule mon cul hein !).
Je m'habille tellement n'importe comment que je me rends même plus compte de quand je suis "sexy" ou pas. Surtout que ce matin je me sentais pas mal moche avec mes cheveux encore mouillés, pas maquillée du tout, courbaturée de partout, non, vraiment, je me sentais pas sexy... Maintenant, j'ai honte de me lever alors j'ose pas aller aux toilettes de peur qu'on me scrute (moi parano ? Noooon).

Très souvent, j'ai la flemme, je rentre à la maison, je fais deux/trois trucs, je mange, je me douche (si j'ai pas la flemme) et je file sous la couette. Je prépare rarement mes vêtements la veille, c'est pourtant pas long mais je suis une éternelle flemmarde.

Le matin, c'est simple hein, je commence à 9h, je mets 35 minutes pour y aller, je me réveille à 7h/7h30, je me lève à 8h15/8h10, je pars à 8h35. Cherchez l'erreur... Roh ça va, je fais souvent des heures sup' non payées hein !

Bref, tout ça pour dire que je suis vraiment pas du matin, quand je me lève plus tôt, je suis encore plus en retard que d'habitude parce que j'ai tendance à trainer alors que quand je sais que j'ai 15/20 minutes pour me préparer, je speed comme pas possible.

Mes vêtements, je les prends au dernier moment, c'est un peu de l'art vous comprenez ? Je vais chercher une culotte dans le tiroir, le soutif qui traine sur le lit, un jean sur l'étendoir, un T-shirt dans la tiroir, un gilet sur une chaise du salon... "Meeerde ça va pas du tout ensemble ça !", et hop, je cours dans tous les sens.
Je trouve une tenue très approximativement correcte "Ah non mais j'ai pas de chaussures pour aller avec ça", "Oh non mais y a que les bottes à talons qui vont avec ça mais j'ai la flemme de marcher avec", "bon bah tant pis, on va mettre les bottines, ça va PAS DU TOUT avec mais on s'en fout après tout", au final, je me retrouve toujours avec des tenues dans lesquelles je vais pas forcément me trouver canon.

Du coup, en une semaine, vous pouvez voir 36 000 Lumi différentes, la Lumi sexy aux smokey eyes, la Lumi en T-shirt/baskets, la Lumi au décolleté de fou avec un gilet à capuche pas féminin du tout, la Lumi classe et pas du tout maquillée, la Lumi pas classe et maquillée comme une voiture volée (non, j'exagère un peu), la Lumi avec une simple touche de blush... Quand je vous dis qu'on est trop nombreuses dans ma tête...
Je n'ai pas de style ! Enfin, j'ai aucun style en particulier. On me dit pourtant que j'ai mon style à moi, on va l'appeler le Stylalarrache hein.
j'adore les jolies robes comme j'adore être en jean, du coup quand l'envie de me maquiller ou me boucler les cheveux me prend, on me dit "Ooooh t'es toute belle aujourd'hui, t'as un rencard ?" Mais noooon, j'ai juste envie d'être bonne un peu ! :3". J'aurais vraiment du mal à me comprendre si j'étais une collègue à moi.

Bon, et toi ? Tu t'habilles comment pour travailler ?

dimanche 18 novembre 2012

C'est moi ou on devient schizophrène quand on essaie d'oublier quelqu'un ?


i

 Soyons fous, c'est dimanche , on peut bien s'autoriser une petite fantaisie! 
Sabine Paturel - Les bêtises


Je sais pas pour vous mais moi quand j'essaie d'oublier quelqu'un, je deviens complètement folle, je deviens schizophrène.

Pour en revenir à L. (pour ceux qui n'ont pas suivi, c'est par là ! Owi cliquez moi), j'ai essayé de l'oublier, je suis revenue vers lui, j'ai pris du recul, je suis revenue encore une fois, j'ai réussi à me détacher, j'ai bu, bah putain, j'ai pas vaincu. Bah non, bourrée, je l'ai recontacté... Bref, vous voyez le truc.
Vendredi soir, je pensais que c'était la bonne, après quelques échanges SMSiens (c'est joli non ?) dans la semaine. Les SMS de vendredi m'ont gavée, saoulée, blessée, je me suis dit que je méritais mieux, qu'il se payait vraiment ma tête.

Samedi midi, je rentre chez moi, je me fais couler un bain et je traine pendant 45 minutes dans ce bain bouillant (ça faisait des années que j'avais pas fait ça).
Je cogite, je m'amuse de voir l'eau bleue à cause de mes colorations, je laisse glisser ma tête sous l'eau, je me sens bien. C'est décidé, je vais l'oublier, j'ai déjà perdu trop de temps pour une histoire qui ne mène à rien, pour une personne qui se fout de moi, qui s'en fout, qui joue. Non, je peux pas continuer à me faire écraser comme ça. Je supprime tout,on va prétendre qu'il n'a jamais existé hein ?

Le soir, avant de partir au concert d'Archive (AAAAAAAAAH QUE C'EST BON !), je joue un peu à Dofus, je finis mon combat (sur Dofus hein), je vois son petit personnage, ouch petit gros pincement au coeur. Je continue à jouer, ça va me passer... Non, ça ne me passe pas, je le supprime de mes amis pour ne plus le voir et vérifier toutes les deux minutes s'il est connecté. Voilà, c'est officiel, je vais l'oublier ! Que nenni mon petit, que nenni... (ouais j'adore dire ça)

Bon bah, je bois souvent avant d'aller à un concert moi... Comment ça je bois tout le temps ? Ayé, je suis défoncée (je vous parlerai de ma "drogue" un jour, y a pas que l'alcool qui me fait faire n'importe quoi mais aujourd'hui on est pas assez intimes pour que je me confie sur ça vous comprenez ?) COUCOUUUU SMS à L. !
Mais putain, qu'est ce qu'il se passe dans ma tête ?!
Y a à peine une heure, j'avais décidé de l'oublier, on s'était mis d'accord les 3 autre Lumi dans ma tête et moi !
Je sors du concert, j'ai les nerfs, j'ai raté les deux chansons que je voulais absolument entendre, aucune réponse de L., je m'obstine, je suis énervée, dégoûtée, j'ai envie de pleurer.
J'appelle S., comme une enfant, je lui raconte mes bêtises, je fume deux cigarettes, je prends le métro pour la rejoindre puis sur le chemin, je me fais draguer par des Wesh en voiture, oh bah ouiiii, faut bien en rajouter une petite couche sinon c'est pas drôle !
Je suis polie moi, je réponds toujours gentiment avec le sourire.
[...] "En tout cas t'es magnifique, tu veux pas venir en soirée avec nous ?", "Non merci, je rejoins une amie", "Je te plais pas ? Pourquoi tu veux pas venir ?", "Parce que je pense à quelqu'un d'autre ! Bonne soirée :)" Et ta gueule me revient pas au passage...

Bref cet homme n'est pas fait pour nous moi, pourquoi est ce que je n'arrive pas à lâcher prise ? Pourquoi je change d'humeur toutes les deux minutes ? Pourquoi aujourd'hui, en ce dimanche matin merdique (bon, cette grisaille, ça aide pas), j'ai encore envie de lui envoyer des SMS, je suis sobre pourtant ! Pourquoi deux minutes après, je me dis "rooooh mais ça sert à rien, oublie le, tu perds ton temps et ça te rend folle", "bon bah, je vais l'oublier..." Oh je vais lui envoyer ça !", "Oh puis on se verra et ça sera trop bien"... 
Je me retrouve à écrire cet article dans le lit d'S. pendant qu'elle dort, de toutes façons, même si je lui demandais quoi faire, je l'écouterais pas et j'en ferais qu'à ma tête comme d'habitude.

Aaaaah, on est trop nombreuses dans ma tête ! Je n'suis pas folle vous savez ? 
Bref, tout ça pour dire que c'est toujours le même schéma quand j'essaie d'oublier un homme.

jeudi 15 novembre 2012

Y a des claques qui se perdent

Adam Butcher, acteur plus que charmant, il joue entre autres dans Dog pound, un film que je vous conseille vivement (un peu violent je préviens).


Archive - Fuck U #keurkeurkeur, si vous ne connaissez pas cette chanson, ECOUTEZ LA ! (Oui, c'est un ordre !)

Y a des phrases, des remarques, des réponses qui me rendent folle, des phrases auxquelles on a envie de répondre un bon gros "TA G***E", si si, t'as vraiment envie de crier ça ou bien la version plus polie "Tais toi deux minutes pour voir ?" *silence* Aaaaaaaah *soulagement*. T'as même des envies de meurtre...


  • Tu viens de perdre un truc : "Bah si tu rangeais un peu aussi" ou bien t'es dégoûtée parce que t'as fait tomber une bague que t'adores dans le lavabo : "Faut jamais poser des trucs sur le bord du lavabo", oui oui t'es bien gentil coco mais ta remarque super constructive, je peux m'en passer volontiers. C'est comme tous les "fallait (pas) faire ça". Non non, t'es pas assez énervée/dégoûtée, faut que l'autre en rajoute une couche.
  • Toi : "Tu m'as appelée ?", l'autre "Oui je t'ai appelée"... En gros, ça veut dire : "Oui mais vu que t'as pas répondu, j'ai pas envie de te dire pourquoi", ça rejoint un peu le "tu peux me passer ça ?", réponse : "Oui je peux (mais je bouge pas)"... Là t'as, soit envie de lui balancer ton tel à la gueule, soit de... Bah lui balancer ton tel à la gueule.
  • T'adores un truc : "Ah noooon, moi j'aime pas du tout !" ou l'inverse, t'aimes pas quelque chose : "Ah siiii, j'adore moi", je parle pour MOI, je te dis pas que t'aimes ou pas le truc, pourquoi rajouter le "ah non" ou le "ah si" ? "J'aime bien/pas moi" suffit amplement et c'est beaucoup moins énervant.
  • "Tu veux manger ça ?", "Tu veux aller là bas ?" : "Je sais pas" avec une moue qui veut dire non... Raaaaah dis non si tu veux pas, si tu veux faire un effort, fais le et ne fais pas la moue ! 
  • T'as un imprévu, tu rentres pas à la maison ce soir, tu annules un RDV : "J'm'en doutais...", comment tu peux t'en douter alors que moi même je n'en avais aucune idée ?!
  • Le fameux "j'te l'avais dit"... Et là si j'te fous une tarte, j'te préviens ou bien ?
  •  Une personne te parle tout en voyant que t'es occupée, "attends", elle continue... "ATTENDS...", elle continue... "Mais tu m'écoutes même pas !!!" énervée sinon c'est pas drôle. Si je te dis "attends", c'est que tu dois ATTENDRE !
  •  T'as le cas contraire où t'es en train de raconter quelque chose à quelqu'un qui ne t'écoute ABSOLUMENT pas, pas de "attends", "deux secondes", RIEN, la personne ne t'écoute tout simplement pas, ne te répond pas, tu parles à un mur, euh... Dis le moi si je t'emmerde hein.
  •  Les "Ah ouais Lumi elle est comme ça (remplacer le "ça" par un trait de caractère)", ce genre de remarques, elles passent très bien (quoique ça dépend des cas...) quand la personne te connaît mais quand la personne ne te connaît pas plus que ça, c'est trop agaçant, t'as envie de répondre "Ah ouais ? Je savais pas, merci de me tenir au courant, j'en apprends tous les jours sur moi même dis donc !", bizarrement, les personnes qui font ce genre de remarques le font constamment, t'as l'impression qu'elles t'ont mise au monde.
  • "Je retiens" quand t'as pas envie de faire telle ou telle chose pour une personne, tu retiens quoi au juste ? C'est une menace ? Je suis censée faire quoi ? M'exécuter, céder à tes caprices ? 
Et vous ? Ca vous arrive d'avoir envie d'insulter/taper des gens qui font ce genre de choses ?

mardi 13 novembre 2012

BNP, je te hais du plus profond de mon coeur et de mon compte

Allez écoutez cette chanson sympathique en lisant mon article haineux ;)

Je vais vous raconter mon histoire d'amour avec la BNP, j'aimais cette banque, je l'aimais BEAUCOUP, bah oui, je pouvais dépenser n'importe comment avec eux ! Je me sentais limite riche tiens...

J'ai quitté il y a quelques années LCL. Je les trouvais chiants, je me plaignais de leur manière de faire. Ma mère avait une procuration sur mon compte et mon conseiller n'arrêtait pas de la faire chier en pensant qu'elle me piquait mes sous sans que je le sache...
Il voulait absolument m'avoir au téléphone quand elle retirait des sous, dès que j'étais à découvert il m'appelait et me faisait un peu la morale, aaaah que c'était agaçant ! Oh puis y a cette fois où la machine a avalé ma carte parce que j'étais à 100€ de découvert, j'étais vraiment énervée...
Aujourd'hui, je me dis que mon conseiller n'était pas du tout un con, il était RÉELLEMENT conseiller ! Son but n'était pas de se faire un max de fric sur mon dos. Je me sentais un peu comme une ado (oh c'était pas si loin, j'avais 21 ans), vous savez, quand on est ado, on a un peu (beaucoup) de mal avec "l'autorité", je pensais vraiment que c'était un chieur, en fait, comme un parent, il faisait attention à mes dépenses, il s'inquiétait pour mon compte bancaire.

 Je les ai quittés en ayant un avis négatif sur eux. Je suis donc allée chez la BNP, wouhouuuuu CHAMPAGNE ! La BNP ils sont trop cool quoi !
Chez eux, tu peux dépenser tout l'argent que t'as... Mais surtout l'argent que tu n'as pas, c'est encore plus cool quoi :D Droit de découvert qui passe de 300€ à 900€ puis à 1500€, option TERCEO (le super paiement en 3X te permet de dépenser de grosses sommes en ayant l'impression de ne pas dépenser tant que ça) elle est pas belle la vie ? Plus je dépense, plus ils m'autorisent à dépenser !

Comme je l'ai expliqué dans un article (Ma fièvre acheteuse), je ne suis pas juste fan de shopping, c'est maladif/compulsif chez moi. Ca va pas ? Ooooh shopping ! Quelque chose à fêter ? Ooooh shopping ! Aucune occasion spéciale ? Ooooh shopping !  Ca, toutes ces dépenses inutiles, tous ces achats qui restent au fond du placard, c'est grâce à la BNP que j'ai pu les réaliser. Tant que la carte passe, j'achète !

 Je payais très peu d'agio, tous mes conseillers (ah bah ouais j'en ai eu pas mal) étaient super sympa de me laisser dépenser comme ça sans jamais m'appeler, vachement plus cool qu'LCL hein ! Première tentative de jarrêtemesconneriage (sympa le mot nan ?) : "Oui bonjour Monsieur O., j'aimerais que vous baissiez mon découvert à 200€, vous savez, je gère très mal mon argent, tant que je peux dépenser et que ma carte passe, je vais continuer...", j'ai quand même eu droit à un "Ah bon ?! Mais vous savez que vous avez droit à 1500€ de découvert ?!", Haaaaaaaan mais trop bien, 1500€, bah oui connard, je sais, c'est pour ça que je veux que tu me le baisses...
Apparemment, c'était pas possible, c'était 500€ max, il n'a jamais baissé mon découvert.

 Cet été, je me suis plus que lâchée, Montréal+New York, c'était pas possible autrement hein, une trentaine de vernis, quelques vêtements, une appareil photo, c'est indispensable non ?
Je suis donc revenue de vacances, pour me souhaiter la bienvenue, ma nouvelle conseillère ah j'en change encore ? Merci de me prévenir ! m'a appelée, pas contente du tout, pas contente de mes dépenses. Elle a donc changé l'autorisation de découvert à 300€ ah bon ? Je pensais que c'était pas possible en dessous de 500€ ?.
Sachant que j'avais 1500€ de prélèvements à venir avec le TERCEO (donc sur 3 mois), sachant que j'allais payer 8.6€ par opération réalisée dépassant le découvert autorisé, c'était clairement pas la meilleure solution...

 Le mois dernier, j'ai payé 112€ d'agio puis leur fameuse lettre à 26€, je leur ai demandé plusieurs fois pourquoi une simple lettre coûtait si cher, je n'ai jamais eu de réponse. On est plusieurs à en déduire que l'encre est en or invisible.
Je les ai eu au téléphone, j'ai eu des personnes différentes... Je leur ai expliqué la situation, je leur ai demandé de me remettre le droit de découvert à 900€ que je puisse me "remettre bien", "Ah non c'est plus possible, on ne peut vous mettre qu'une autorisation de 300€", ah bah ça va pas trop le faire là... Sachant que je paye 8.6€ par opération euuuuh...  Je vais finir à combien d'agio tous les mois ? Et là, SOLUTION MIRACLE du monsieur ! "Bah vaut mieux faire un prêt hein", "Ah non, ça ne m'enchante pas vraiment", "ça vous coûtera toujours moins cher que les agio"... *Gros blanc* "Ah effectivement..." *trop dégoûtée de la vie*, dans ma tête c'était plus "Ah ok vous m'avez bien enc... J'ai pas le choix en fait".

 Je regardais mon compte la semaine dernière, OH SURPRISE ! 172€ d'agio ET encore 26€ pour la lettre ! Bah voyons ! Je les ai eu plusieurs fois au tel pour cette putain de lettre, leur répétant qu'ils avaient mon numéro, qu'il suffisait de m'appeler, bizarrement ils oublient toujours ! Bah ouais, plus ils peuvent pomper, mieux c'est non ? J'ai envoyé un mail la semaine dernière pour répéter encore une fois que blablabla, je ne comprenais pas qu'on me fasse payer 26€ pour une lettre, ma conseillère me dit aujourd'hui que ce n'est pas de sa faute, qu'elle n'a rien à voir avec ça. A QUI JE DOIS ME PLAINDRE BORDEL ?!

Bref, en gros, le découvert qui passe à 300€ et qui me fait payer des agio de fou, c'est tout bénef' pour eux, je me retrouve avec un prêt "forcé" de 1500€. Je suis donc encore chez la BNP pour 12 mois et ça m'emmerde royalement ! J'espère que ces 12 mois vont passer très vite que je puisse ENFIN changer de banque.

Leur slogan de 1974 à 1980 était : "Pour parler franchement, votre argent m'intéresse". 
Ah bah ça... J'avais bien compris, ils auraient du garder ce slogan à vie.

lundi 12 novembre 2012

Pourquoi je devrais arrêter de me bourrer la gueule ?

 Quand je serai grande, je voudrai me marier avec Matthew Bellamy


Je bois beaucoup trop depuis... Hum, je ne saurais même pas vous dire quand ça a commencé.
Ca sonne très alcoolique dis donc, mais non, je ne le suis pas, je vous rassure. Moi qui pensais que ça m'était passé, que je ne pourrais plus jamais boire comme à mes 20 ans... Un miracle (on se comprend), s'est produit !
Je bois, une petite bière par ci, 15 bières par là, une bouteille de vin alors que j'étais juste censée me prendre un petit verre, puis la soirée passe, on discute, je continue à boire, elle fume, je ne compte plus les verres. On me propose une soirée en semaine ? "Oh allez, c'est bon, je peux bien en faire de temps en temps !", puis le temps en temps devient tout le temps, bref, je bois trop.

Avec mon petit coup de déprime, je mangeais très peu et j'ai remarqué qu'en ne mangeant rien, je tenais l'alcool (bizarre hein ?), dès que je bois et mange, je peux dire bonjour à la cuvette des WC tout le lendemain. Du coup, à certaines soirées, volontairement, je ne mangeais pas pour ne pas avoir la gueule de bois le lendemain.
Il n'y a pas si longtemps, en buvant quelques verres, je pouvais avoir une gueule horrible sans même avoir été bourrée la veille, aujourd'hui, je ne connais quasiment plus les gueules de bois, j'en vois déjà venir "Coool, c'est trop bien rolala, boire sans la gueule de bois !". Ouais ouais, c'est cool... C'est cool que mon corps se soit habitué à l'alcool ? Non, c'est horrible, C'est pas normal d'être habituée à l'alcool. Bref, voici les raisons d'arrêter de me bourrer la gueule (à côté des raisons évidentes qu'on connaît tous bien entendu) :
  • Boire est devenu un automatisme, je rentre du travail, je veux me détendre un peu, oh une petite bière, ça va me faire du bien... Oh Allez une deuxième. Ok, je me bourre pas la gueule mais quand même. je pense boire suffisamment le week-end, je peux bien m'en passer la semaine.

  • Mine de rien, c'est un sacré budget l'alcool, encore plus quand on sort, personnellement, j'ai beaucoup de mal à m'arrêter à un verre, puis à Paris, c'est pas donné...

  • Je bois principalement de la bière, j'y peux rien, c'est ce que je préfère, mon ventre lui apprécie beaucoup moins, j'ai beau avoir perdu 3kg, le ventre à la Homer Simpson n'a pas bougé lui.

  • Quand je suis bourrée, je lui envoie des messages.

  • Depuis que j'ai ce rythme pourri, j'ai des boutons, des petits boutons, mais des boutons quand même ! Moi qu'on complimente parce que j'ai une belle peau, je peux pas avoir de boutons ! (Comment ça j'me la pète ?)

  • Il faut aller jeter les bouteilles en verre, c'est déjà bien chiant mais comme par hasard, quand on se décide à les descendre, on tombe toujours sur la même voisine qui va se demander si on est pas alcolo... La première fois c'était "Oh bah vous avez fait la fête dis donc !", la deuxième fois "Ah bah décidément ! C'est toujours la fête chez vous, on va s'inviter !"... Pas de troisième fois, j'ai trop peur de retomber sur elle alors y a encore plein de bouteilles dans la cuisine. 

  • Je suis la reine du blackout, peu importe la quantité d'alcool ingurgité, je fais très souvent des blackouts. On peut en rire mais c'est pas super plaisant d'oublier ce qu'on a fait la veille. 

  • Arrêter de faire des bêtises, parce que des bêtises bourrée, j'en fais pas mal... :]

Bon allez, je vous raconte quand même deux petites anecdotes :)

Un soir, on a fait la fête, j'ai fait un blackout, on rentre en voiture, on arrive dans le parking, on prend l'ascenseur, on arrive à l'appart' et je crie toute étonnée "Ah mais on est chez A. !", ma soeur m'a dit le lendemain "ah mais tu rigolais pas ?!", non non, j'étais persuadée qu'on rentrait à la maison et c'est pas le parking, ni l'ascenseur de l'hôtel (oui elle vit dans un hôtel); encore moins le couloir à moquette qui m'ont alertée...

 Il y a deux ans pour mon anniversaire, j'ai gagné un concours, on avait droit à 4 bouteilles de champagne il me semble, j'étais dans une période de merde, bah oui, on m'avait largué 10 jours avant mon anniversaire... Bref, j'ai bu, blackout pour changer, deux copines m'ont raccompagnée à la maison... On arrive au troisième étage, merde, j'arrive pas à ouvrir, je suis trop bourrée puis au bout de quelques minutes un homme crie "qu'est ce que vous voulez ?!", on est parties en courant comme des gamines de 15 ans... On arrive au deuxième étage, pareil, j'arrive pas à ouvrir cette putain de porte ! S : "c'est pas la bonne clé ?" (tout en filmant), moi à genoux en train d'essayer d'ouvrir, T. debout à côté de moi puis la porte s'ouvre... T : "c'est pas la bonne porte"... Une fille avec une couette autour d'elle, moi j'étais prête à rentrer "Ah t'es avec JL ?" (pensant que c'était la copine de mon frère), elle me regarde "mais t'es complètement pétée", je mets un peu de temps à percuter puis je comprends enfin que je suis chez la voisine, quand elle me dit "Mais c'est pas chez toi"... Ah... J'ose pas imaginer la scène avec un des parents qui ouvre la porte...
Un petit bonus...
 C'est kiki se cache sous le plaid léopard ? C'est Lumiiii, encore un blackout samedi soir... Vous comprenez pourquoi je dois arrêter de me bourrer la gueule hein ?

Plus sérieusement, l'alcool, on ne se rend jamais compte mais on s'y habitue très vite, il y a/avait plusieurs alcooliques dans ma famille et j'ai l'impression (je dirais même la certitude) qu'on ne peut plus rien pour un alcoolique, que c'est une des addictions les plus dures à combattre.  Avoir une personne alcoolique dans son entourage, c'est très très dur à gérer, les jeunes, les vieux, sachez vous modérer !

dimanche 11 novembre 2012

Sunday nail battle LE RETOUR (#28 - Twilight)

Pfiouh, ça faisait un moment que j'avais pas fait de SNB, enfin ça fait longtemps que je fais plus de NA et que je garde mon vernis une semaine (bouuuuuh jetez moi des cailloux ! NPA en carton !), je laisse le vernis s'écailler, quelle honte... J'ai une excuse, on m'a un tout petit peu écrabouillé le coeur (je suis pardonnée hein ?).

Bon j'ai fait  simple, j'étais redevenue vierge du NA moi hein !
J'ai pensé mettre du vernis blanc avec des paillettes par dessus pour rappeler la peau des vampires de Twilight et dans ma tête ça a fait "Maiiiis non, Morgan Le Fay ça sera parfait, avec ses particules toutes scintillantes ça rappelle vraiment leur peau au soleil", bon sur les photos on se rend pas trop compte, pas de soleil donc bon :(
Donc deux couches du Blanc d'Essie, deux couches de Morgan Le Fay (une suffisait mais bon, j'ai pas pu m'en empêcher) puis pour le sang, Red carpet d'Orly (un vernis dont je dois absolument vous parler, il est vraiment MAGNIFIQUE).

A la base, je voulais faire du sang qui dégouline mais je trouve pas ça spécialement joli puis j'allais sortir après donc je préférais éviter ;) J'ai pris un dotting tool et hop des petits points par ci, des petits points par là, un couche de sèche vite et hop SNB bouclée !
Comme d'habitude, les couleurs sont beaucoup plus jolies en vrai, les deux vernis ont des particules pailletées trop jolies, voilà les photos :)




Le thème de la semaine prochaine : Bollywood, dur dur pour moi mais je la ferai quand même :)

Ma recette pour vivre seul et heureux

Je vous présente S., en ce moment, c'est avec elle que j'ai envie de passer le plus de temps, celle avec qui je rigole le plus, celle qui me fait me sentir mieux, quand on se voit, on passe notre temps à rire pour un rien, on est dans notre monde. Elle est folle, elle est drôle, elle est forte, elle est fragile, c'est S.
(Pour info, quand je l'ai prise en photo, non non, elle n'était pas allongée dans l'herbe, elle était sur la pelouse Bercy donc pas du tout allongée, elle faisait juste faisait semblant de l'être ;) vous comprendrez mieux en cliquant ici)

Mon obsession du moment, Troy Von Balthazar que je vais voir mardi youhouuu
Je vous conseille vivement d'écouter ses albums :)

Est ce qu'on ne peut être heureux qu'en étant en couple ? J'ai l'impression que tout le monde (bon ok, pas tout le monde mais beaucoup de personnes) pense que pour être heureux, il faut forcément être en couple.

Je n'ai jamais eu de problème avec le célibat, j'ai un copain, c'est bien, j'en ai pas, c'est tout aussi bien ! Pourtant, je ne vais pas vous mentir, je pense que l'endroit où je me sens le mieux, c'est dans les bras de la personne que j'aime, je pense juste qu'on vit plus intensément ces moments partagés avec l'être aimé que les moments qu'on passe avec nos amis ou autres.

J'ai eu plusieurs longues relations, c'est toujours dur au moment de la séparation, on a l'impression qu'on ne pourra plus jamais être heureux, que seul l'amour peut nous rendre heureux.
Une fois que je me suis remise de la séparation, je me rends compte que non, on peut très bien être heureux en étant célibataire.
Je n'ai jamais cherché à être en couple, bien sûr, l'affection me manque, ça m'arrive d'y penser mais ce n'est pas une chose qui m'obsède. Il y a tellement de choses que l'on ne peut pas faire en couple. Célibataire, on sort comme on veut, pas de comptes à rendre, pas de crises de jalousie, on s'habille comme on veut, on aura pas de petite remarque du genre "Oh mais t'es toute belle, tu te fais belle pour qui ?", on peut flirter à tout va (du gentil flirt hein ;)) etc
Bref, courir après l'amour, c'est pas mon truc, je suis pourtant une grande romantique, l'amour, c'est très important pour moi mais quand il n'est pas là, il ne me "manque" pas. 
Il y a quelques mois, je me sentais plus ou moins heureuse (les soucis d'argent et de carrière ça aide pas ;)), je me souviens vraiment m'être dit "J'ai pas de copain depuis super longtemps et je me sens bien !".

Il y a aussi les personnes célibataires qui comptent sur leurs amis, leur entourage pour les rendre heureux à défaut d'avoir l'amour.
Il faut tout simplement accepter le fait que l'on puisse être heureux SEUL, ne pas compter sur les autres pour nous rendre heureux. Il y a les personnes qui veulent absolument un copain/une copine, celles qui veulent que leurs amis/la famille soient disponibles H24 pour eux, ils ont toujours ce besoin d'être entourés. 
Ce n'est que mon avis mais pour se sentir heureux, il faut d'abord apprendre à se sentir bien seul.
Perso, j'adore être avec mes amis, faire la fête, voir du monde mais avec modération. J'apprécie vraiment les moments où je suis seule, les séries par exemple, c'est mon petit plaisir à moi, regarder une série seule dans mon lit, avec mon petit plateau repas j'adore ! Il y a tellement de choses que j'aime faire seule, écouter ma musique tout en bloggant ou en dessinant, à ces moments là, j'ai l'impression de relâcher toute la tension de la journée, je me sens apaisée, je me sens bien.

Notre entourage contribue à notre bonheur mais ils ne fait pas notre bonheur. Il faut juste trouver le bon équilibre, voir ses amis de temps en temps, ne pas être collés à eux. Le jour où eux se mettent en couple, on a l'impression qu'ils nous laissent tomber mais c'est normal après tout, pourquoi est ce qu'ils se priveraient ? On peut pas en vouloir à quelqu'un parce qu'il fait sa vie, tant qu'on en fait toujours partie :)

Voici ma recette pour vivre seul tout en étant heureux :

Les ingrédients :
  • Des bons amis (un bon entourage, famille, chien, chat peu importe)
  • Des passions, des hobbies
  • La positive attitude de Lorie
  • Quelques bières ça fait pas de mal (ça peut tout aussi bien être du thé, une tasse de chocolat chaud maison, un verre de Dr Pepper etc)
  • De la bonne bouffe (bah oui, vous alliez pas y échapper hein)
  • De la bonne musique
La préparation :
  • Alors, vous commencer par la positive attitude.
  • Vous piocher dans la liste d'ingrédients, vous mélangez. 
  • Pensez surtout à VARIER, ne jamais mettre les ingrédients dans le même ordre, ça risque de vous lasser.
  • Vous mixez, vous retournez, vous recommencez, vous improvisez.
  • Vous pouvez maintenant savourer et croquer la vie à pleine dent !

vendredi 9 novembre 2012

Je vous présente Robert

Il y a quelques semaines, Onee-Chan nous présentait son Robert (ici), aujourd'hui, je vous présente le mien. je l'ai adopté cet été à Montréal. Beaucoup me disent qu'il fait peur mais je l'aime... C'est pas parce qu'on dirait qu'il a pris du LSD qu'il faut le juger :( Bref, voici Robert en photos !

Robert le jour de son adoption
Robert découvre la bière
Robert et son premier repas
Robert dans un thermos...
Robert part à New York
Robert mange italien à NY

Robert découvre les nuggets à NY
Robert dans l'avion pour Paris
Robert découvre le vin

Robert et l'oeuf mimosa

Robert chevauche un ours

Robert découvre Facebook
Robert en soirée
Robert est bourré

Robert a trop bu...

Robert va mieux
Robert se gave de macarons
Robert fait une petite pause

Robert se fait martyriser...

mardi 6 novembre 2012

Pourquoi j'écris ?


Pour une petite analyse, ma petite Princesse C' S. m'a demandé de lui écrire une vingtaine de lignes expliquant pour quelles raisons j'écris.
Question très intéressante, qui me permet de faire un petit article en plus, elle est pas belle la vie ? :)
Bon, je ne sais pas combien de lignes je vais écrire mais je me lance !

J'écris depuis très jeune, de nature très pudique, je m'exprime très peu oralement, pas de manière approfondie en tout cas.
C'est mon échappatoire, le moyen pour moi de m'exprimer, me lâcher, me soulager, écrire sans réfléchir, se laisser aller, laisser mes pensées se bousculer dans ma tête puis s'installer tranquillement sur ma page.

Je n'ai jamais vraiment réfléchi au pourquoi du comment, j'aime écrire, c'est un fait. Bizarrement, l'inspiration me vient beaucoup plus facilement quand le moral n'est pas au top, quand je suis bourrée ou encore défoncée (attention, l'alcool c'est mal, la drogue aussi...), j'avoue qu'à ces moments là, avec une playlist adaptée à l'état d'âme dans lequel je suis, c'est limite jouissif d'écrire !

J'écris le plus souvent quand j'ai des peines de coeur, je suis une grande sensible, à ces moments là, je pense beaucoup trop et j'ai besoin que ça sorte, un peu comme pour mettre de l'ordre dans mes idées.
Quand je vais mal, quand j'ai mal à vouloir m'en arracher le coeur, j'ai 15 000 pensées qui s'entremêlent dans ma tête... Des pensées positives, des pensées négatives, des pensées tristes, des pensées pleines d'espoir, des pensées haineuses, des pensées qui s'opposent complètement, bref, le gros bazar dans ma tête !
Mettre ça sur papier (réel ou virtuel), c'est comme retirer ces pensées de ma tête, les poser sur papier, m'en débarrasser. C'est libérateur, éphémère mais libérateur.
Je me sens bien sur le moment, je me sens bien en me relisant, ça dure un jour, deux jour... Puis ces pensées reviennent, j'y peux rien, je suis une fille femme, je réfléchis trop !

J'écris aussi très souvent à la personne que j'aime, comme je l'ai dit, je suis assez pudique, les "Je t'aime" blablabla, de vive voix, très peu pour moi !
Comme tout le monde je pense, j'ai besoin de faire savoir à la personne que j'aime ce que je ressens pour elle, quand je suis avec elle, quand elle n'est pas à mes côtés, quand je pense à elle, quand je suis énervée contre elle etc. Garder tout ça pour moi, c'est tout simplement impossible, j'ai envie qu'elle le sache, qu'elle sache ce qu'elle doit lire dans mes regards, c'est une façon de m'ouvrir à elle.

J'écris aussi pour dire de la merde haha, pour raconter ces petites choses de la vie, ces choses qui me choquent, ces choses qui me font rire, ces choses qui m'étonnent... Pourquoi ce besoin de partager toutes ces futilités ? Aucune idée, j'ai tout simplement besoin que ça sorte. On me reproche d'ailleurs très souvent de raconter ma vie sur FB hahaha, que ça plaise ou non, j'en ai envie, je le fais... Puis comme on dit hein, celui à qui ça ne plaît pas, la porte (ou l'option "retirer de mes amis" dans notre super monde virtuel), c'est par là !
Quand on apprécie ce que j'écris, ça me touche énormément, sans aucune fausse modestie, ça m'étonne toujours quand on me complimente sur mon écriture. On dira souvent que ça n'a rien à voir mais je déteste lire, je ne lis jamais (à mon grand regret ! Je me dis toujours que je vais m'y mettre, on sait ce que ça veut dire...), je trouve ça donc un peu contradictoire avec mon "amour" pour l'écriture.

Voilà, voilà... J'écris parce que ça me fait un bien fou, j'écris parce que je pense énormément, j'écris tout simplement parce que j'adore ça.